RMC

Des meubles robotisés pour optimiser chaque mètre carré

"ON ARRËTE PAS LE PROGRES" - Pour tous ceux qui habitent un petit logement, vous avez des solutions technologiques pour gagner de la place.

Les Américains appellent ça des “appartements transformables” ou modulables. Que ce soit parce qu’on vit dans un tout petit logement ou qu’on a la nécessité d’installer un bureau dans un studio ou un deux pièces.

Pour ça, on commence à voir apparaître des meubles robotisés, qui vont changer la configuration de la pièce en quelques secondes selon les besoins. La start-up Ori a mis au point le cloud bed. Imaginez un lit qui, une fois la nuit venue, d’une simple commande sur votre smartphone, descend du plafond et se pose au milieu du salon, avant de remonter au plafond par un système de vérins quand on veut passer en mode bureau.

>> A LIRE AUSSI - La fin des maisons individuelles pour sauver la planète? "On doit changer de modèle" plaide la ministre du Logement sur RMC

Ou un meuble à chaussures qui se cache quand on n’a pas besoin de lui. Ou encore une armoire qui va se transformer, depuis une application mobile, en bureau, en canapé ou en lit. Des meubles intelligents, équipés d’un moteur et capables de changer de place ou de forme en fonction des besoins et du moment de la journée.

On sait que dans toutes les grandes métropoles, on a un problème de place et de surpopulation : tout est bon pour grappiller quelques mètres carrés dans un appartement. Plusieurs start-ups se sont spécialisées, comme Bumblebee spaces par exemple, créée par un ancien ingénieur d’Apple et de Tesla, a mis au point un système où tous les meubles sont au plafond. Un module pour le lit, un autre pour le dressing, les tiroirs de rangement... Il suffit d’utiliser une application mobile pour faire descendre une penderie, un bureau ou un meuble à chaussures. Petit point bonus, les tiroirs, équipés de caméras et d’algos de reconnaissance visuelle, savent ce qu’ils contiennent. Donc j’ai juste à demander “donne-moi le parapluie” ou “descends mes chaussures de course”, pour que le bon tiroir s’abaisse à ma hauteur.

Une aide pour les personnes âgées?

Si le système tombe en panne, on est mal. Le lit qui remonte au plafond pendant qu’on dort par exemple. Ou s’il tombe du plafond en pleine journée sans crier gare. En théorie, il y a aussi un système manuel pour éviter les problèmes. Après, il y a aussi la question du coût, évidemment, c’est un investissement. Aujourd’hui, une installation comme celle-ci coûte 6000 à 10.000 euros.

A peine le prix d’un mètre carré dans une ville comme Paris. Une autre start-up américaine, Ori, estime que son système de meubles robotiques permet de gagner 8 mètres carrés sur un appartement. Et ça risque d’arriver chez nous et de se démocratiser assez vite sachant qu’Ikea par exemple, pas connu pour pratiquer des prix prohibitifs, s’est allié avec l’une de ces start-ups.

Ces meubles robotisés pourraient même se balader tout seuls dans la maison et m’apporter un petit encas pendant que je regarde la télé par exemple.

On avait les voitures autonomes, voici le frigo autonome. Un petit frigo robotique, installé dans la cuisine, monté sur roulettes, comme un petit robot, et qui va vous apporter une canette bien fraîche ou un morceau de poulet froid quand vous lui demandez. Il suffit pour ça de l’appeler par son petit nom. Il va falloir s’habituer à parler au frigo qui s’appelle Kow. On lui dit “Kow vient par ici”, et ce petit frigo comprend qu’on lui parle, sort de sa niche, et se dirige vers l’endroit où vous vous trouvez. Il est bardé de capteurs pour cartographier les pièces et éviter de se cogner dans les meubles et en quelques secondes, je récupère un soda bien frais en restant dans mon canapé. On peut se dire que c’est un truc de feignant, on peut aussi voir les applications pour des personnes handicapées ou âgées.

Anthony Morel