RMC

Affaire Fillon: "la France est plus grande que l’aventure d’une tête brûlée"

Malgré sa convocation par les juges le 15 mars en vue d'une mise en examen, François Fillon a affirmé, dans une conférence de presse mercredi, qu'il restera candidat à l'élection présidentielle.

François Fillon reste dans la course à la présidentielle. Malgré sa convocation devant les juges le 15 mars prochain, l’ancien Premier ministre a réaffirmé sa volonté d’aller jusqu’au bout. Une décision qui choque Alexis Bachelay, membre de l’équipe de campagne de Benoît Hamon et invité des Grandes Gueules.

Pour lui, François Fillon adopte une posture narcissique et son comportement n’est pas digne d’un ancien Premier ministre. "Je considère que les propos tenus par François Fillon sont indignes d’un homme d’Etat. Je pensais avoir affaire à un ancien Premier ministre, à quelqu’un qui incarnait la France. D’ailleurs il l’a dit : ‘la France est plus grande nous’. C’est vrai, et la France est plus grande que l’aventure d’une tête brûlée qui s’appelle François Fillon. Aujourd’hui, il est littéralement en train de remettre en cause les fondements de notre Etat de droit."

Alexis Bachelay en profite également pour défendre le parquet financier souvent attaqué par François Fillon, et dénonce le risque que le candidat prend vis-à-vis du Front national.

"Je rappelle quand même que la création du parquet financier s’est faite suite à l’affaire Cahuzac. Il y a eu la création d’un parquet spécifique dans une loi que nous avons voté avec Arnaud Leroy (porte-parole d’Emmanuel Macron), contrairement à d’autres et notamment François Fillon. Il n'a pas voté pour la Haute autorité de la transparence de la vie publique. Quand il dit : ‘je ne suis pas un justifiable comme les autres’, c’est également vrai. Il est parlementaire et c’est pour ça que nous avons créé ce parquet et qu’il a des comptes à rendre," explique le député socialiste. 

"C’est une fuite en avant qui met en danger notre démocratie"

"Je suis extrêmement choqué par ce que je viens d’entendre dans cette conférence de presse. Je considère que c’est une fuite en avant qui met en danger notre démocratie au moment où le Front national n’a jamais été aussi haut. Il peut précipiter dans leur bras, des millions de nos compatriotes".

Les Grandes Gueules avec A. Benyahia