RMC

Affaire Pierre Ménès: "Choquée", la ministre Elisabeth Moreno rappelle qu'"embrasser une personne par surprise, c'est une agression sexuelle"

DOCUMENT RMC - La ministre à l’Egalite entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno était l'invitée du Grand Oral des "GG" ce mardi et a réagi à l'affaire Pierre Ménès.

S'il ne figurait (presque) pas dans le documentaire - censuré par Canal + - de Marie Portolano sur le sexisme dans le journalisme sportif Je ne suis pas une salope, Pierre Ménès fait parler de lui. L'animateur a en effet agressé sexuellement plusieurs journalistes.

En août 2016, à la fin d'une émission du "Canal Football Club", le chroniqueur aurait soulevé la jupe de Marie Portolano avant de lui attraper les fesses, "hors antenne mais face au public", affirme le média Les Jours. Des faits en partie contestés par Pierre Ménès, qui a seulement reconnu avoir soulevé la jupe de la journaliste. L'autre affaire concerne sa consœur Isabelle Moreau, embrassée de force sur la bouche par Pierre Ménès pour "fêter" la centième, en 2011, du "Canal Football Club", une scène visible sur les réseaux sociaux.

Un autre extrait encore en ligne montre Pierre Ménès embrassant encore de force la journaliste Francesca Antoniotti, qui s'en est expliqué ce mardi chez les GG.

>> A LIRE AUSSI - Affaire Pierre Ménès: "J'ai vécu des choses qui m'ont dégoûtée de ce milieu-là", raconte Francesca Antoniotti, ancienne journaliste sportive

Invitée à réagir, la ministre à l’Egalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno, "choquée" a rappelé que ces actes constituent des "agressions sexuelles": "Ce genre de geste est puni par la loi que l'on soit connu ou moins connu. Je respecte la présomption d'innocence mais les images parlent d'elles-mêmes".

Et de rappeler:

"J'ai vu les images, j'ai été choquée qu'une personne se lève sur un plateau pour embrasser une autre personne par surprise. Je rappelle que c'est une agression sexuelle. Des choses comme ça arrivent tous les jours. Des femmes sont victimes d'agressions sexistes et sexuelles tous les jours. Plus de 220.000 femmes dans notre pays subissent des agressions physiques dans le cadre familial, 90.000 femmes sont violées dans notre pays tous les jours, donc il ne faut pas négliger l'importance du sexisme de notre pays qui peut tuer physiquement mais aussi tuer les ambitions".

Invitée lundi soir sur le plateau de "TPMP", et après la diffusion des images de l'agression de Francesca Antoniotti, Pierre Ménès a admis que "ces images sont scandaleuses".

P.B.