RMC

"Ca me paraît difficilement concevable": la France peut-elle suivre le même chemin que l'Autriche face au Covid-19?

Face au retour de la pandémie en Europe, le chancelier autrichien a pris une décision dimanche. Il a annoncé un confinement obligatoire pour les non vaccinés. Une mesure qui concerne près de deux millions d'Autrichiens.

L'Autriche reconfine les personnes non vaccinées à partir de ce lundi. C’est une première dans l'Union européenne. Face à la cinquième vague de Covid 19 qui se développe à l'approche de l'hiver, le pays a décidé d'interdire aux non vaccinés de sortir à part pour faire les courses, du sport et des soins médicaux.

Environ 65% de la population est vaccinée totalement en Autriche, soit moins que la moyenne européenne de 67% et très loin de la France.

Alors peut-on imaginer si la pandémie reprend de la force dans l’hexagone que les autorités prennent des mesures semblables?

Pour Léa Falko, étudiante en développement international et chroniqueuse des Grandes Gueules, cela semble difficilement concevable. D’abord parce que comme précisé plus tôt, l’Autriche a une population bien moins vaccinée qu’en France.

“La question, c’est aussi de savoir comment s’est menée une politique publique comme ça. Parce que comment vous forcer les gens non-vaccinés à rester chez eux? C’est ça la question. Quand vous forcez tout le monde, c’est facile parce que personne n’a le droit de sortir, mais là quand c’est qu’une partie ça implique qu’il faut mettre en place des contrôles pour savoir lequel est vacciné et lequel ne l’est pas. Et donc ça implique un certain nombre de coûts simplement pour le maintien de la mesure et le contrôle des personnes qui vont être dehors”, assure-t-elle.

"Foutons la paix aux gens"

L’Autriche a assuré que cette obligation serait accompagnée de contrôles inopinés "d'une ampleur sans précédent" qui seront effectués dans l'espace public, les contrevenants risquent 500 euros d'amende.

S’il se dit opposé à ce type de mesure et réclame qu’on “foute la paix aux gens”, l’avocat Charles Consigny, estime lui qu’une mesure qui sera bien plus sensée, c’est de faire payer les frais d'hôpitaux aux personnes qui sont hospitalisés pour Covid et qui ont refusé de se faire vacciner. 

Guillaume Descours