RMC

Ce virus me fait beaucoup moins peur que le confinement, que la casse sociale...

Dans Les Grandes Gueules, Zohra Bitan a fait part de son fatalisme et de ses craintes d'un nouveau confinement.

La crainte d'un troisième confinement est dans toutes les têtes, même si le gouvernement ne devrait pencher en faveur de cette solution cette semaine. Il n'y aura "pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine", a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres, sans se prononcer sur d'éventuels allègements.

Les Grandes Gueules sont revenues sur le couvre-feu à 18 heures mis en place sur tout le territoire. Cadre dans la fonction publique, Zohra Bitan estime que la fatigue mentale des français prends le dessus sur le risque sanitaire et qu'un confinement ne pourrait pas être accepté.

"Je suis plus obnubilée par les conséquences de ce Covid que du Covid à proprement parler"

"Je ne suis pas fataliste, je n'ai pas du tout envie d'être reconfinée. Quelques soient les raisons scientifiques qu'on peut me donner, je ne suis pas complotiste mais je n'ai pas envie. Ce virus me fait beaucoup moins peur que le confinement, que la casse sociale, que la dépression, que le taux de suicide, que la souffrance des humains dont tout le monde se fiche. 
Moi je suis plus obnubilée par les conséquences de ce Covid que du Covid à proprement parler. Il n'y a pas des morts dans les rues partout, ce qui me déprime et me désolé c'est où on va ? On ne va pas voir le bout du tunnel, c'est l'invisibilité totale."
J.A.