RMC

Le film Chez nous, c'est plus la mise en image d'une thèse, qu'un film

La grande gueule Fatima Aït-Bounoua a pu voir le film Chez Nous, de Lucas Belvaux, mardi soir lors d'une avant-première à Paris. Elle explique ce mercredi dans les GG pourquoi elle a été "déçue".

Elle est sortie "déçue" de l'avant-première du film Chez Nous, qui sort ce mercredi en salles. La grande gueule Fatima Aït-Bounoua a vu mardi le film de Lucas Belvaux, qui suit le parcours d'une jeune infirmière à domicile, Pauline, qui vit dans une ville du Nord appelée Hénard. Elle est approchée par les dirigeants d’un parti d’extrême-droite, "Bloc patriotique", pour devenir candidate aux prochaines élections municipales. Une métaphore, bien sûr, du Front National, qui qualifie d'ailleurs le film de "manipulation"

"J'ai été un peu déçue, a réagi Fatima Aït-Bounoua ce mercredi dans les Grandes Gueules. Pour moi c'est plus la mise en image d'une thèse, qu'un film. A savoir que les électeurs du FN se trompent en votant pour lui puisque ce parti est cynique et manipulateur, et que c'est un leurre. Mais chaque personnage a quelque chose d'artificiel. Un électeur du FN ne va pas changer d'avis en sortant du film et votera Front National. Les autres, ceux qui sont déjà convaincus, vont voir en images ce qu'ils savent déjà".

"Ça manque d'alternative et d'exaltation"

"Le réalisateur n'a pas fait ce film simplement pour gagner de l'argent, on sent que c'est un engagement, que ça lui tient à cœur. Après, ça ne me parle pas", ajoute la grande gueule qui prévient qu'après avoir vu le film, "on se sent triste et déprimé, parce que ça ne propose pas d'alternative". "On dit: le FN est un leurre, mais tous les personnages qui pourraient incarner une forme d'alternative - le vieux communiste, l'anti-raciste qui manifeste - ne proposent rien. Ça manque d'alternative et d'exaltation. Même à la fin du film, l'exaltation est un leurre", regrette Fatima Aït-Bounoua.

P. Gril avec les GG