RMC

Régionales: sur RMC, Jordan Bardella assume (mais pas trop) sa défaite en Île-de-France

Après la défaite aux élections régionales, c'est la gueule de bois au sein du Rassemblement national. Les principaux perdants assument à moitié leur échec.

Le Rassemblement national qui plaçait de grands espoirs dans les élections régionales à dix mois de la présidentielle, a échoué à remporter une seule région. Avant le premier tour le RN pensait pouvoir l'emporter en Bourgogne-Franche-Comté, dans le Centre-Val de Loire ou encore dans le Grand-Est. Mais dans ces trois régions, les listes RN ont été largement battues avec des scores très inférieurs à ceux d’il y a six ans, tout comme en PACA où Thierry Mariani a été battu après être arrivé en tête au second tour.

En Île-de-France, le vice-président du parti d'extrême-droite Jordan Bardella est arrivé en troisième position avec 10,79% des voix, loin derrière la liste d'union de la gauche emmenée par Julien Bayou (33,68%) et la gagnante de la soirée, la présidente sortante Valérie Pécresse (45,92%), mais devant le candidat de la majorité Laurent Saint-Martin (9,62%).

Invité des "Grandes Gueules", le député européen a assumé à moitié sa défaite:

"J’assume ma part de responsabilité. Je pense aussi que c’est la démocratie qui a perdu hier. Une élection où un Français sur trois se déplace, c’est un échec pour tout le monde", a assuré Jordan Bardella. "Notre électorat est composé de classes populaires, de jeunes et ce sont ceux qui se sont le plus abstenus hier. Ces élections se sont déroulées dans un désert d’indifférence", a-t-il ajouté malgré les vigoureux appels à voter des différentes têtes du parti a l’issue du premier tour des régionales.

"C’est les sortants qui ont été réélus par défaut"

Face à l'échec aux régionales, l'ancien porte-parole du Rassemblement national a tenté de se dédouaner, déplorant l'abstention: 

"Il y a une grande partie des Français qui n’ont trouvé aucun intérêt à se déplacer pour ces élections régionales et départementales. Cela fait un an et demi qu’ils sont enfermés et sur les deux week-end qu’on leur accorde pour sortir effectivement...", a-t-il tenté d’expliquer sans finir sa phrase avant d'assumer à nouveau en cherchant une autre explication que l'abstention.

"On prend notre part de responsabilité, nous n’avons pas su mobiliser, nous n’avons pas su les sensibiliser suffisamment aux enjeux du scrutin qui a été trusté par la présidentielle qui arrive dans dix mois. On prend notre part de responsabilité mais il faut relativiser, c’est les sortants qui ont été réélus par défaut", a assuré Jordan Bardella.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi le Rassemblement national n'y arrive pas?

G.D.