RMC

Soirée "blackface" chez des salariés du Slip Français: "Ce ne sont pas juste des déguisements!"

Ce lundi chez les GG, Joëlle Dago-Serry a réagi à l'affaire de la soirée "blackface" de deux salariés du Slip Français. Elle estime que la soirée ayant été rendue publique, l'image de l'entreprise est en jeu.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes appellent au boycott de l'entreprise Le Slip Français. En cause, une soirée "blackface" avec deux salariés du Slip Français et dont les images ont été diffusées sur Instagram. On y voit une première femme vêtue d'un boubou, visage noirci rejointe par une deuxième femme, elle aussi déguisée avec un boubou et un homme déguisé en singe.

Pour la GG Joëlle Dago-Serry, ces agissements déteignent sur l'entreprise: "Le Slip Français ne vend pas que du slip, ils vendent des valeurs. C'est marketing. Quand tu vends des valeurs tu n'as pas envie que tes salariés se comportent n'importe comment en public. Quand tu vends des valeurs de liberté, égalité, fraternité, tu n'as pas envie de garder des salariés pareils".

"Ce ne sont pas juste des déguisements, cela participe à une image des personnes noires qui le vivent dans leur quotidien. Moi, je me suis fait traiter de guenon. Ce n'est pas juste un déguisement. Ça participe à l'image que peut avoir une personne noire dans l'esprit des gens. Pourquoi on me traite de guenon moi? Parce qu'il y a un imaginaire selon lequel le noir est un singe!", a-t-elle aussi expliqué.

"C'est une jeune femme, elle sait ce que c'est les réseaux sociaux"

Et d'estimer: "C'est peut-être une soirée privée mais la personne l'a rendue publique. Elle aurait pu passer son compte en privé, là c'était public. Ce n'est pas une femme de 60 ans, c'est une jeune femme, elle sait ce que c'est les réseaux sociaux. M. Galliano, styliste chez Dior avait tenu des propos antisémites alors qu'il était ivre, et il a été viré".

L'entreprise a assuré que "les salariés concernés ont été convoqués et sanctionnés", sans donner plus de précisions sur les modalités de la sanction. Le Slip Français, une marque de sous-vêtements fabriqués en France, qui s'est fait connaître notamment sur les réseaux sociaux, affirme sur son site viser un "impact positif, aussi bien sociétal qu'environnemental".

P.B.