RMC

Conflit taxis/Uber: "Vous croyez que les cochers ont hurlé de joie avec l'arrivée des automobiles?"

Il y a quelques semaines, la compagnie de VTC Uber était la cible des chauffeurs de taxis, qui demandaient son interdiction. Pour l'entrepreneur Grégoire Leclercq, c'est une logique du développement économique.

"Est-ce que vous croyez que les cochers ont hurlé de joie quand on a vu arriver les automobiles ? Est-ce que vous croyez que les vendeurs de bougies ont hurlé de joue quand on a vu arriver l'électricité ? Non !". L'entrepreneur Grégoire Leclercq, invité jeudi de Radio Brunet, estime que la fronde des chauffeurs de taxis à l'encontre des compagnies de VTC, et plus particulièrement Uber, s'explique facilement.

Selon lui, "il y a dans tout développement économique un moment donné où les choses progressent, où les choses se modifient, où elles se transforment". "Ça se fait lentement, ça se fait parfois dans la douleur", a-t-il ajouté.

Grégoire Leclercq laisse cinq ans pour que la situation s'apaise entre les deux professions. "Les chauffeurs de taxis auront récupéré une nouvelle clientèle, les chauffeurs Uber se seront installés, tout ça va s'installer dans un bouillonnement un peu violent. Mais gageons que dans cinq ans on n'en parle plus", a-t-il conclu.

F. H.