RMC

Après plusieurs mois de crise, le chômage au plus bas en France

"LECHYPRE D'AFFAIRES" - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

18 mois après le premier confinement, l’économie française a quasiment effacé le choc de la crise sanitaire selon l’Insee.

Si on regarde le niveau d’activité économique, il était encore inférieur de 3% à son niveau de fin 2019 au début de l’été, et grâce au desserrement des contraintes sanitaires, qui a regonflé les carnets de commandes des entreprises, la perte d’activité aura été quasiment effacée globalement après une croissance qui aura atteint plus de 6% sur l’année.

>> A LIRE AUSSI - "On sait qu'il y aura des frictions": avec la réforme de l'assurance-chômage, les conseillers Pôle Emploi craignent pour leur sécurité

Certains secteurs resteront freinés par les difficultés d’approvisionnement dans l’industrie, (aéronautique, et surtout automobile), et le recul de la clientèle étrangère, cinq fois moins nombreuse et d’affaires dans l'hôtellerie.

Le chômage lui est déjà retombé à des niveaux plus bas qu’avant la crise sanitaire, fin 2019. L’emploi salarié a dépassé son niveau d’avant-crise dès le deuxième trimestre 2021. Le rythme des créations ralentirait quelque peu d’ici la fin de l’année, mais au total presque 475.000 créations nettes d’emplois salariés succéderaient aux plus de 260.000 destructions nettes enregistrées en 2020. Ça fait 210000 emplois de plus que fin 2019.

Quid du pouvoir d'achat?

Fin 2021, le taux de chômage baisserait fortement dès le troisième trimestre, à 7,6 %, soit quasiment un point de moins que deux ans plus tôt, plus très loin des 7% promis par Emmanuel Macron.

Reste la question cruciale du pouvoir d’achat. L’Insee nous dit qu’il augmentera de 1,9% en 2021, après une hausse de 0,4% en 2020. Cette hausse globale viendra davantage du plus grand nombre d’emplois que des augmentations de salaires de ceux qui ont déjà un emploi. Rapporté au nombre d’unités de consommation, il augmenterait de 1,5 %, après avoir été stable en 2020. 

Sachant que le débat va se durcir à l’approche de la présidentielle, quand l’inflation va continuer à s’accélérer. 

Emmanuel Lechypre