RMC

Des restaurateurs en colère contre la généralisation des tickets-restaurant dans les supermarchés

A partir du 1er octobre, le plafond journalier d'utilisation des tickets-restaurant va passer de 19 à 25 euros par jour et sera désormais utilisable sur tout l'alimentaire dans les supermarchés. Si l'augmentation du plafond ne déplait pas aux restaurateurs, la généralisation dans la grande distribution leur fait craindre une baisse de fréquentation.

Les restaurateurs vent debout contre la réforme des titres-restaurant. A partir de demain, 1er octobre, le plafond journalier d'utilisation du ticket-restaurant va passer de 19 à 25 euros. Cette mesure a été annoncée l'été dernier par le gouvernement pour redonner du pouvoir d'achat aux salariés, ce ticket étant pris en charge à 50% par l'employeur et à 50% par l'employé, via la feuille de paye.

Pour Hervé Dijols, président du Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC), invité d'Apolline Matin sur RMC et RMC Story, "le fait que le plafond augmente, cela nous convient".

"Pendant le Covid-19, l'augmentation du plafond (à 38€) avait permis une hausse de notre chiffre d'affaires avec un ticket moyen en hausse de 30%."

"Les tickets restaurant, c'est 7,5 milliards d'euros/an, à 60 % dans la restauration et 40 % aux grandes surfaces pour 4,5 millions de salariés", explique le propriétaire de deux grandes brasseries à Paris, qui craint un changement de cet équilibre.

"Un dévoiement des tickets-resto"

Le président du SNRTC déplore "un dévoiement des tickets-resto qui fait que l'on peut acheter tout et n'importe quoi". En effet, la loi prévoit désormais une utilisation plus large du ticket-restaurant. Le nouveau plafond de 25 euros s'appliquera dans les restaurants mais aussi pour les achats alimentaires dans les supermarchés, qu'il s’agisse de produits directement consommables ou non, et ce jusqu’au 31 décembre 2023. Une différence importante pour les consommateurs qui ne pouvaient pas, jusqu'à maintenant, acheter des pâtes, du riz ou un paquet de lentilles avec les titres-restaurant. Ce sera désormais possible.

"Husqu'à présent, les personnes mettaient plus de côté les tickets-restaurant pour se faire plaisir en vacances ou au resto, explique Hervé Dijols. Mais depuis septembre, les restaurants reçoivent une part moins importante des titres-restaurant que jusqu'à présent." Une tendance qui déplait aux restaurateurs et leur fait craindre une baisse de fréquentation dans leurs établissements: "Le titre-restaurant, c'est une des choses qui amènent les gens au restaurant, donc laissez-nous la carte ticket-restaurant pour le restaurant."

Emmanuel Lechypre et Maxime Martinez