RMC

Électricité: face à la flambée des prix, le maire d'une commune de l'Oise ne veut plus payer

Jean-Pierre Bosino, maire (PCF) de Montataire, dans l'Oise, menace de ne plus payer l'électricité face à la flambée des prix. Il demande que les communes puissent avoir accès à un tarif régulé. Sans quoi, il faudra choisir entre l'électricité ou les cantines scolaires.

Si les particuliers sont touchés par les hausses des prix de l'énergie et notamment de l'électricité, les municipalités le sont aussi.

Le maire de Montataire (Oise), une commune de 13.600 habitants, menace de ne plus payer les factures si rien n'est fait pour l'aider. Il suggère que les communes puissent avoir accès à un tarif régulé, par exemple.

"Pour ma commune, la facture pourrait passer de 600.000 euros à 2.500.000 euros en 2023. Je ne paierai pas des factures de ce niveau-là", explique Jean-Pierre Bosino, le maire (PCF).

Services publics ou électricité?

Une telle hausse pourrait avoir des conséquences directes sur les services proposés par la Ville.

"Le gouvernement sait très bien que derrière nos budgets, ce sont les services publics municipaux qui sont en cause et entre faire fonctionner ma restauration scolaire et mon centre de loisirs et puis payer les factures d’électricité, mon choix est fait", affirme-t-il.

Il invite d'ailleurs les autres "communes qui sont impactées par cette situation à faire de même".

Pour rappel, les prix de gros de l'électricité battent tous les records. Pour 2023, le prix pour la France atteint plus de 1.000 euros le mégawattheure (MWh) contre 85 euros en moyenne, il y a un an.

A.B