RMC

Fini les vols à 10 euros prévient Ryanair: vers la fin de l'ère du low-cost en avion?

Les compagnies aériennes souffrent elles aussi des hausses du carburant. Pour faire face, Ryanair a annoncé que ses prix allaient augmenter. Fini les vols à 10, 20 ou 30 €, le coût moyen d'un billet sera de 50 € d'ici 2027.

Les prix des vols en avion augmentent, même ceux des compagnies low-cost. Michael O'Leary, patron de Ryanair a annoncé jeudi, sur la BBC, que c'était la fin des trajets à très bas prix son entreprise. C'est la conséquence de la flambée des cours de l'énergie, qui s'est accélérée avec la guerre en Ukraine.

Des prix plus bas qu'ailleurs

Les voyageurs sont-ils prêts pour cette évolution? À l'aéroport de Beuvais (Oise), plus de 80% de l'activité est assurée par Ryanair. Pour les voyageurs réguliers, l'offre de l'entreprise devrait toujours être plus intéressante que d'autres compagnies.

"Quand je compare les prix avec Air France parfois, c’est 600€, c’est beaucoup. Donc même si je dois acheter un billet à 200€, je pense que je vais utiliser Ryanair", explique Kajetan, étudiant polonais en France, qui fait souvent les aller-retour avec son pays natal.

Conséquence de la hausse des prix de l'énergie

D'autres estiment que si les prix sont revus à la hausse, il faut que le service s'améliore. "À partir du moment où il y a une qualité de services qui va suivre derrière, si ça n'est pas une augmentation de tarifs pour se mettre un peu plus d’argent dans les poches, pourquoi pas", souligne Quentin, voyageur. Il ajoute: "après l’inverse je trouverais ça dommage et l’entreprise Ryanair perdrait un peu de son identité."

Cependant, l'entreprise n'a pas prévu de changer de modèle. Elle s'ajuste simplement à l'inflation.

"Le transport aérien souffre aujourd’hui de l’augmentation du prix du pétrole. Sauf que, le pétrole à 100 dollars on a déjà connu mais un dollar équivaut aujourd'hui à un euro et ça, ça joue", affirme Jacques Percebois, économiste.

Les tarifs à 10, 20 ou 30 € c'est donc bientôt fini pour Ryanair. Est-ce la fin, pour autant, des compagnies low-cost ? Pas vraiment.

Transport le plus nocif pour la planète?

"De plus en plus de compagnies passent en low-cost, notamment les grandes compagnies traditionnelles. Germanwings a crée Eurowings, Air France a crée Transavia, qui est un très grand succès", détaille Xavier Tytelman, consultant en aéronautique. Ces trajets low-cost se sont principalement en moyen courrier, donc vers l'Europe et le bassin méditerranéen. Selon lui, "le low-cost est très loin d’être mort, au contraire, il prend toujours plus de place".

Les défenseurs de l’environnement continuent de dénoncer ce système à bas coût et d’alerter. L’avion reste le moyen de transport le plus dangereux pour la planète. Selon l’Ademe (Agence de la transition écologique), un kilomètre en avion est 45 fois plus polluant qu’avec un train à grande vitesse.

La rédaction de RMC