RMC

La mise en place du prélèvement à la source va-t-elle être reportée?

A 4 mois de la transition, l'Exécutif semble avoir des doutes. Emmanuel Macron se donne jusqu'au 15 septembre pour trancher la mise en place ou non du prélèvement des impôts à la source, selon les Echos. Pourquoi un tel revirement?

Marche arrière sur le prélèvement à la source? A 4 mois de la transition annoncée et défendue par le gouvernement, Emmanuel Macron semble avoir des doutes sur le calendrier de la réforme et se donne jusqu'au 15 septembre pour trancher, selon nos confrères des Echos

Depuis Helsinki, le chef de l'Etat a indiqué attendre "des réponses précises" avant de décider si la réforme sur le prélèvement à la source de l'impôt entrera en vigueur au 1er janvier comme prévu. "J'ai plutôt l'intention de conduire cette réforme à son terme mais j'ai demandé aux ministres compétents de répondre à toutes les questions qui se posent encore, avant de donner une directive finale" dans les prochaines semaines. De son côté, le ministre de l'action et des comptes publics dément tout report du prélèvement à la source.

Un revirement alors que tout semblait sur les rails. Une grande campagne de pub à la télévision et sur le Web pour informer les français, un ministre des comptes publics, Gérald Darmanin, qui fait le tour des médias pour tout expliquer de cette réforme. Et pourtant, le Président envisage de temporiser.

Il faut dire que le prélèvement à la source est à la fois risqué politiquement: les Français pourraient avoir le sentiment que leur pouvoir d'achat a baissé.

Le prélèvement à la source est aussi techniquement complexe. Les petites et moyennes entreprises dénoncent depuis des mois les contraintes du dispositif et font pression pour ne pas avoir à se charger de la collecte de l'impôt de leurs salariés.

Jusqu'à maintenant, Bercy s'était contenté de petites gestes pour rassurer les PME, mais persistait dans le calendrier de sa réforme. Le chef de l'Etat pourrait en décider autrement. 

Marie Régnier & XA