RMC

Pouvoir d'achat: 10.000 euros d'économies en moyenne en changeant d'assurance emprunteur

Depuis le 1er juin, les ménages qui souscrivent un crédit immobilier peuvent changer à tout moment d'assurance de prêt. Dès le 1er septembre, ce sera le cas pour tous ceux qui en ont déjà un. Avec de fortes économies à la clé, s'ils passent à l'acte.

Les ménages qui vont faire jouer la possibilité de changer leur assurance de prêt à tout moment pourraient économiser en moyenne 10.000 euros par crédit immobilier, selon les chiffres de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir,. Auparavant, il fallait le faire lors de la première année de contrat ou alors attendre chaque année la date anniversaire de votre contrat. Depuis le 1er juin, pour les nouveaux contrats souscrits, les assurés ont la possibilité de changer d'assurance de prêt à tout moment. A compter du 1er septembre, cette mesure concerne aussi les anciens contrats.

20 à 60 euros par mois d'économisés

C'est un levier d'économies potentielles considérables. Aujourd’hui, lorsqu’on prend un crédit immobilier, on regarde surtout le taux d’intérêt proposé par la banque, mais pas beaucoup le coût de l’assurance emprunteur qu’on doit souscrire pour le cas où on ne pourrait plus rembourser. Erreur, car ça peut représenter jusqu’à 30% du coût d’un crédit. Résultat: dans 80% des cas, on prend l’assurance de la banque qui est deux à trois fois plus chère que celle de la concurrence, notamment les assureurs.

Cette mesure permettrait un gain potentiel de pouvoir d’achat pour tous les emprunteurs de 550 millions d’euros par an, selon l'association de consommateurs UFC-Que-Choisir, soit 20 à 60 euros par mois, pour la majorité des emprunteurs. Ça peut paraître peu, mais sur 20 ans ça fait quand même 5.000 à 15.000 euros.

>>> Retrouvez toutes les chroniques d'Emmanuel Lechypre sur le site et l'appli RMC

Âge, maladie, profession: les critères clés

Mais cette réforme n’aura quand même pas d’intérêt pour tout le monde. Le comparateur en assurance de prêt Magnolia.fr nous a donné quelques clés : premièrement, il faut que vous soyez dans la première moitié de remboursement de votre crédit. Ensuite, il ne faut pas que vous ayez franchi certaines bornes d'âge. Par exemple si entre l'ouverture de votre crédit et aujourd'hui vous avez passé 50 ans, vous risquez d'avoir ce qu'on appelle des surprimes.

Troisièmement, attention à l’état de santé et à la profession: si vous avez une nouvelle maladie à déclarer, vous pourriez y perdre à changer d'assurance. En revanche, si vous avez guéri là ça peut devenir intéressant. Attention aussi si vous avez exercé un métier dit à risque (pompier, agent de sécurité, convoyeur de fonds, pilote de ligne...).

Emmanuel Lechypre (avec MM)