RMC

Bruno Le Maire annonce la fin du "quoi qu'il en coûte", les entrepreneurs font grise mine

Place désormais au "sur mesure" pour continuer à soutenir les acteurs économiques frappés par la crise sanitaire.

Le "quoi qu'il en coûte c'est fini" ! Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a affirmé hier à l'occasion de la rencontre annuelle des entrepreneurs de France du Medef, que le gouvernement cessait de soutenir l'ensemble des secteurs économiques à partir de septembre.

Une annonce qui a fait grincer quelques dents chez les chefs d'entreprise présents à ces rencontres à l'hippodrome de Longchamp. Présidente d'une plateforme de recrutement dans le secteur de la restauration et de l'hôtellerie, Emilie Legoff trouve cette annonce de suspension d'aide prématurée: 

"Aujourd'hui il y a beaucoup de restaurateurs qui ne sont pas très bien et n'ont pas pu ouvrir des salles ou certains jours de la semaine parce qu'ils n'avaient pas de main d'œuvre. Les aides, il faudra les arrêter un jour c'est sûr, mais ce n'est pas le moment et il faudra que ce soit très dégressif".

>> A LIRE AUSSI - Drogue et trafics à Marseille: les conseils d'un éducateur spécialisé pour stopper "la loi de la violence"

"Des perspectives de croissance à 6%"

Les aides sont également encore les bienvenues dans le secteur de l'événementiel. Lucien Derhy est cofondateur d'un logiciel pour les organisateurs d'événements. Il rappelle que peu d'agences ont retrouvé le flux d'activité qu'elles avaient avant le Covid-19:

"Actuellement, les organisateurs sont encore dans le doute. Tant que la situation ne sera pas complètement clarifiée, ils auront toujours du mal à s'organiser. Or, les agences événementielles vivent principalement de l'organisation d'événements physiques. L'arrêt brutal des aides peut faire encore beaucoup de mal à l'industrie".

Le ministre de l'économie justifie la fin du "quoi qu'il en coûte" par la reprise de l'économie avec "des perspectives de croissance à 6%". Un constat que partage Omer Bourret, directeur général d'une entreprise d'assurance:

"C'est le bon moment parce qu'une bonne partie de l'économie française a redémarré. On peut comprendre que si dans un secteur cela a redémarré, et bien on n'a plus besoin d'aides d'Etat.

Bruno Le Maire a précisé que certaines aides seraient maintenues pour les entreprises dont l'activité est impactée par la crise sanitaire.

>> A LIRE AUSSI - Deux Youtubers français interpellés au Brésil après l'escalade du Christ Rédempteur de Rio

Alexandra Sirgant (avec Guillaume Dussourt)