RMC

Dans le Nord, des allocataires bientôt privés de RSA: "comment vont faire ces gens pour vivre?"

-

- - Jeff Pachoud - AFP

Le département du Nord met la pression aux allocataires du RSA. 7.500 ont vu leur allocation rabotée de 100 euros, et 450 autres risquent la suppression de leur allocation, parce qu'ils ne sont pas inscrits à Pôle emploi. Scandaleux, juge sur RMC.fr Serge Havet président de l'association AC ! Métropole - Agir ensemble contre le chômage, pour qui les allocataires n'ont pas à payer le fait que les caisses du département soient vides.

Serge Havet est le président de l'association AC ! Métropole – Agir ensemble contre le chômage. Il y a 150.000 bénéficiaires du RSA dans le département du Nord.

"Ça a commencé début septembre avec 2.023 personnes qui ont vu leur allocation amputée de 100 euros. Début mars, 450 allocataires qui ne se sont pas inscrits à Pôle Emploi seront suspendus du RSA pendant quatre mois. Le RSA pour une personne seule, c'est 452 euros par mois. Comment vont faire tous ces gens si on leur réduit ou si on annule leur RSA? Comment vont-ils payer leur loyer et vivre? C'est totalement incompatible avec la lutte contre la précarité et la grande pauvreté.

"Ces allocataires n'ont aucune qualification"

Jean-René Lecerf, le président (LR) du département, veut qu'ils s'inscrivent à Pôle emploi pour continuer à toucher leur RSA, mais les directeurs des agences nous disent qu'ils n'ont rien à leur proposer. Qu'est-ce que M. Lecerf propose comme emploi ou comme formation qualifiante et rémunérée à ces allocataires? Le problème, c'est que les allocataires n'ont pour la plupart aucun diplôme ou qualification, vivent dans des quartiers vraiment défavorisées et ne se sont jamais rien vu proposer depuis qu'ils sont au RSA. Et là, M. Lecerf veut trouver des solutions miracles avec Pôle emploi, mais Pôle emploi n'a aucune solution pour eux. Qu'on me dise où il y a de l'emploi?

Dans les associations, on aurait pu en embaucher, des allocataires, mais on supprime les subventions. Nous, nous pourrions en embaucher deux ou trois pour faire des permanences, préparer des dossiers ou accueillir les gens, mais le département vient de nous supprimer notre subvention de 8.500 euros!

"On ne s'est jamais occupé d'eux et maintenant on les pointe du doigt"

C'est vrai que l'Etat s'est désengagé du financement du RSA. Mais on rend responsable les allocataires du fait que les caisses sont vides. Les allocataires sont les victimes et ils subissent, et maintenant on leur dit qu'il n'y a plus de financements parce qu'ils sont trop nombreux?! Mais on a laissé ces gens dans la misère et la précarité, on ne s'est jamais occupé d'eux. Tout d'un coup on veut les sanctionner et on les montre du doigt. Il faut arrêter ce discours sur les profiteurs et l'assistanat. Qu'on me dise comment on profite avec 450 euros par mois? Comment on vit avec ça? Moi je ne connais pas un allocataire du RSA qui soit heureux et bien dans sa peau. Si M. Lecerf veut faire de l'insertion, et bien qu'il mette les 45.000 allocataires concernés dans les circuits d'insertion du département".

Propos recueillis par Philippe Gril