RMC

Emploi: 30 minutes de trajet entre le domicile et le boulot, le nouveau critère prioritaire

Selon Météojob, près de la moitié des candidats à l'embauche n'accepterait pas un poste si le temps de trajet excède les 30 minutes de trajet.

La moitié des candidats à l’embauche, ceux qui épluchent les offres d’emploi, ne sont pas prêts à accepter un job situé à plus de 30 minutes de leur domicile, soit une heure par jour aller-retour selon une enquête publiée par le site spécialisé dans le recrutement Météojob. Ils ne sont que 22% à accepter de faire plus d'une heure de transport par jour pour se rendre au travail.

>> A LIRE AUSSI - Comment les jeunes trouvent leur premier emploi

Le temps de trajet est désormais devenu le premier critère de recherche d’un emploi, devant le contenu de la mission et le salaire. La même étude effectuée en 2018 plaçait en tête le contenu du travail.

La grande nouveauté, l’envie de télétravailler

La possibilité de télétravailler est également devenue un critère de choix pour les candidats à l’embauche. Pour ceux dont le poste y est éligible, soit 48% des candidats, la possibilité de travailler à distance est désormais un point clé pour plus de la moitié d'entre eux (56%), à raison d'au moins deux jours par semaine.

A tel point que certains sont prêts à faire des concessions. Pour être en télétravail, 57% des candidats accepteraient des horaires atypiques, 39% seraient enclins à occuper un poste moins intéressant, et même 17% à être moins bien rémunérés.

Selon l’OCDE, 7% des offres d’emploi indiquent la possibilité de télétravailler contre 2% avant la crise. C’est encore moins qu’à l’étranger sauf au Japon. 

Emmanuel Lechypre