RMC

Hausse de 2,5% pour le bâtiment: malgré la pénurie de matériaux et de main d'œuvre, le secteur ne connaît pas la crise

Le secteur du bâtiment enregistre une hausse d'activité de 2,5% en 2021 par rapport à 2019. L'activité a bien repris, mais il y a toujours des soucis de main d'œuvre et de matériaux.

S'il y a bien un problème que David Morales n'a pas, c'est le manque de client: "Jusqu'à juin-juillet, on a de quoi travailler avant de partir en vacances cet été". Ce patron d'une PME dans le bâtiment n'a en effet pas de raison de s'inquiéter alors que selon une étude de la CAPEB, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, que RMC révèle, le secteur a enregistré l'année dernière une hausse d'activité de 2,5% par rapport à 2019, année d'avant la crise, et 12.5% par rapport à l'année 2020. 

Pourtant, David Morales n'aborde pas sereinement les mois à venir. En cause, trois postes qu'il ne parvient pas à pourvoir. "Notre préoccupation première, c'est de trouver des salariés. On recherche de la main d'œuvre qualifiée et cette main d'œuvre travaille déjà", alerte-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Paris, Lyon, Rouen... La guerre au "quick-commerce" est déclarée

"On est obligé de faire des stocks pour maintenir nos prix"

Autre problème, que nous explique son fils Baptiste, la pénurie de matériaux et la hausse des prix qui en découle: "Tout a augmenté, un devis valable un jour ne l'est plus le lendemain. On est obligé de faire des stocks pour maintenir nos prix auprès de nos clients", assure-t-il.

Des difficultés quotidiennes qui peuvent créer des tensions dans la relation avec le client. C'est ce que regrette Jean-Christophe Repon, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment: "On a des artisans qui sont plutôt satisfaits des carnets de commandes, mais qui ont une grosse angoisse et un léger burn-out. Cela nous inquiète beaucoup".

De l'inquiétude, mais peu de leviers pour tenter de rassurer les entrepreneurs. La pénurie et l'inflation des matériaux étant le résultat de tension sur les cours mondiaux depuis le début de la pandémie, alors qu'en France, le marché bénéficie d'une forte dépense des ménages vers le logement, particulièrement pour les travaux liés à la performance énergétique.

>> A LIRE AUSSI - 13 personnes interpellées suspectées d'avoir usurpé l'identité de 35 médecins pour produire 60.000 faux pass sanitaires

Marie Régnier (avec Guillaume Dussourt)