RMC

Réforme des retraites: un possible recours au 49.3 divise l'Assemblée nationale

Tout pourrait se décider mercredi en conseil des ministres, autour du président de la République Emmanuel Macron.

Début de la deuxième semaine de débat autour de la réforme des retraites à l'Assemblée nationale. Alors que les députés ont siégé tout le week-end, les discussions tournent toujours au ralenti. 1500 amendements, à peine, ont déjà étudié. Encore environ 35.000 amendements restent encore à débattre. Et clairement, les débats s'embourbent. 

Alors, le gouvernement va-t-il dégainer l'article 49-3 de la Constitution ? Un article qui lui permettrait de passer en force et de faire adopter la réforme des retraites sans débat et sans vote. Tout pourrait se décider et s'accélérer mercredi en Conseil des ministres, autour du président de la République, Emmanuel Macron.

Et le 49-3 comme arme pour en finir avec des débats qui s'embourbent le patron des députés Marcheurs, Gilles Le Gendre semble s'y résoudre.

"Dans toute circonstance, quel que soit le scénario, 49.3, pas 49.3, nous portons la responsabilité du fonctionnement normal des institutions", explique-t-il. 

Mais le recours éventuel au 49-3 crispe les esprits dans la majorité à l'image du député Sacha Houlié. "Laissons la chance au débat parlementaire. On ne comprendrait pas que finalement, on se plie devant quelques personnes qui ont voulu quelque part bloquer l’institution, mais quelque par bloquer le pays", indique-t-il. 

Vers une motion de censure contre le gouvernement 

Sans surprise, l'opposition crie déjà au scandale. En chœur, le leader des insoumis Jean-Luc Mélenchon et le communiste Pierre Dharréville dénoncent un coup de force du gouvernement. "Ça va rajouter encore une image de violence, une image de jusqu’au boutisme", assure le président de la France Insomise. 

"Le 49.3, c’est une marque d’infamie qui est imposée au Badintexte. Ca veut dire nous sommes passés en force, nous n’avons pas voulu discuter", indique Pierre Dharréville. 

Seule arme pour l'opposition en cas d'utilisation du 49-3 : une motion de censure contre le gouvernement, qui n'a aucune chance d'aboutir. 

Paul Barcelonne avec Guillaume Descours