RMC

100 jours de Joe Biden à la Maison Blanche: que devient l'ex-président des Etats-Unis, Donald Trump?

EXPLIQUEZ-NOUS - Joe Biden fêtera demain ses 100 jours à la maison blanche. Et forcément, cela fera aussi 100 jours que Donald Trump a quitté Washington.

Depuis son départ de la Maison Blanche, Donald Trump ne fait pas que du golf, comme on aurait pu le penser. Il fait surtout de la politique et il prépare sa revanche.

Lundi dernier, il a donné sa toute première interview à la chaîne Fox News et il a confié penser très sérieusement se représenter en 2024. Il l’a dit “à la Trump”, c'est-à-dire en toute immodestie, indiquant avoir des chiffres de popularité “incroyables”, que personne n’a jamais eu auparavant. Selon lui, les Américains sont en train de comprendre que tout va mal. Que le chômage va augmenter, que la liberté de porter des armes est remise en question, que la frontière avec le Mexique est ouverte.

À Orlando, en Floride, fin février, Donald Trump avait déjà évoqué sa possible future candidature lors de la réunion annuelle du parti républicain.

Il avait dit: “Je pourrais peut-être les battre une troisième fois”. Une troisième fois puisque selon lui, il a gagné en novembre dernier et la victoire lui a été volée. Il n’a toujours pas admis la victoire de Joe Biden.

>> A LIRE AUSSI - Poursuites, business, exil à l'étranger: à quoi pourrait ressembler la "vie d'après" de Donald Trump?

Donald Trump cherche à garder le contrôle du parti républicain. On lui avait prêté l’intention de créer un nouveau parti. Il l’a démenti en expliquant que ce serait la défaite assurée. Il préfère donc essayer de garder la main sur le parti républicain grâce au nerf de la guerre: l’argent. 

Il dispose d’une jolie cagnotte de plusieurs millions de dollars grâce aux dons des particuliers qui avait payé pour financer les procédures judiciaires pour contester sa défaite. Il a demandé au parti de cesser d’utiliser son image pour lever des fonds et à ses supporters de cesser de financer le parti, de réserver leurs dons à sa structure, Save America.

Avec cet argent, il compte peser sur le choix des candidats aux prochaines élections de novembre 2022. Et en attendant, il distribue des bons et des mauvais points aux leaders des partis. Ceux qui l'ont soutenu lorsqu’il contestait sa défaite sont adoubés. Ceux qui l’ont lâché sont assassinés. C’est le cas de Mike Pence, son ancien vice-président ou du leader des Républicains au Sénat Mitch McConnell qu’il a qualifié publiquement de “stupid son of a Bitch”, “Stupide fils de pute”.

>> A LIRE AUSSI - REPLAY RADIO - Donald Trump est-il le pire président de l'histoire? Le débat des "Grandes Gueules"

Peu de moyens de communication

Donald Trump ne quitte pratiquement pas sa résidence de Palm Beach. Il y était arrivé le matin même de l’investiture de Joe Biden en ayant quitté la maison blanche avant la cérémonie. Depuis, il n’est jamais retourné à Washington.

Il vit dans une gigantesque propriété sur une île de milliardaires en face de Palm Beach, Mar-a-Lago, une demeure qui compte 128 chambres. Elle avait été offerte à l’état fédéral pour être la résidence des présidents américains en hiver. Seulement les présidents n’y sont pas venus et l'État dans les années 80 a mis le palace en vente. Donald Trump l’a racheté pour un très bon prix. Depuis, il en a fait un club privé ou les membres peuvent profiter du golfe, de la plage, des piscines, à condition de payer un droit d’entrée de 200.000 dollars.

Autrement dit, il vit dans une somptueuse résidence qui ne lui coûte pas un sou, mais qui au contraire lui rapporte de l’argent. Il a toujours eu le sens du business. Récemment, les 300 plus gros donateurs du parti républicains ont organisé leur congrès à Palm Beach. Donald Trump en a profité pour inviter les invités à dîner. Puis il a envoyé la note au parti.

>> A LIRE AUSSI - Donald Trump pourra-t-il revenir sur Facebook?

Donald Trump reste très actif, mais il a perdu ses moyens de communication. Il n’a toujours pas retrouvé ses comptes Twitter et Facebook. Il s’exprime donc par des communiqués de presse, signé Donald Trump, 45e président des Etats-Unis d'Amérique. Il y a quelques jours, par exemple, il a fait un communiqué pour critiquer la star du basket LeBron James, le traitant au passage de raciste. Ce qui a fait un peu de bruit.

Mais globalement, Donald Trump est de moins en moins présent dans le paysage. Le nombre de recherches Google sur son nom diminue tous les jours. Les audiences des chaînes d’infos sont en berne. L'Amérique est en cure de désintoxication.

Nicolas Poincaré