RMC

Boycott de produits français: "Si Erdogan est si concerné par le sort des musulmans, pourquoi ne fait-il pas la même chose avec la Chine?"

Si la Turquie appelle au boycott des produits français, les "Grandes Gueules" s'étonnent qu'un tel processus ne soit entamé avec la Chine. En effet, Pékin continue sa répression à l'égard des Ouïghours, une minorité musulmane de l'ouest du pays, tout en maintenant de forts liens économiques avec Ankara.

Après avoir questionné la santé mentale d'Emmanuel Macron, le président turc Recep Tayyip Erdogan a à son tour appelé au boycott des produits français. Dans le sillage d'autres pays musulmans, l'ancien maire d'Istanbul a demandé aux Turcs d'arrêter d'acheter des produits de marques françaises, en représailles au propos du président français qui assurait que le pays n'arrêterait jamais les caricatures. 

"Une campagne de lynchage semblable à celle contre les Juifs d'Europe avant la seconde guerre mondiale est en train d'être menée contre les Musulmans d'Europe. Tout comme en France certains disent n'achetez pas les marques turques', ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas", a lancé le président turc lundi
"Nous protègerons et soutiendrons nos entreprises face aux menaces de boycott dont elles font l'objet. Ces menaces sont inacceptables, encore plus lorsqu'elles répondent à une politique qui ne visent qu'à défendre la liberté et la liberté d'expression. La France n'attaque personne, la France ne cible personne, la France défend ses valeurs et elle défend la liberté", a de son côté réagit Bruno Le Maire le ministre de l'Economie français.

Un contre-feu pour faire oublier les difficultés internes en Turquie ?

Sur le plateau des "Grandes Gueules", Barbara Lefebvre ne s'inquiète pas vraiment de cet appel au boycott de la part de la Turquie: "Qu’ils arrêtent de se laver les cheveux avec du shampooing L’Oréal ou qu’ils arrêtent de manger de La vache qui rit, ça me fait une belle jambe. Il doit par contre y avoir 150.000 turcs qui travaillent dans des usines françaises en Turquie donc s’il veut mettre au chômage 150.000 personnes ça le regarde".

"Aujourd'hui il est menacé à l'intérieur de son propre pays, il a du mal à se maintenir au pouvoir, il y a un effondrement de la livre turque donc il essaie de ressouder son camp", renchérit Isabelle Saporta.

Elle s'étonne également du silence de Recep Tayyip Erdogan sur la situation des Ouïghours en Chine et se demande pourquoi il n'appelle pas au boycott des produits chinois: "S'il était vraiment intéressé par le sort de ses compatriotes musulmans, je m'étonne qu'il ne fasse pas le même boycott vis-à-vis de la Chine et ce qu'ils font aux Ouïghours. Il n'y a aucun problème avec les produits chinois!", ironise-t-elle.

Selon The Telegraph, la Turquie aurait renvoyé des réfugiés Ouïghours en Chine où cette minorité de confession musulmane subit une forte répression de la part de Pékin. En Chine, de nombreux Ouïghours sont enfermés dans des "camps de rééducation". Dans le même temps, Pékin est devenu un nouvel allié économique de poids d'Ankara.

G.D.