RMC

Brexit: les usagers de l'Eurostar inquiets

Si la perspective d'un Brexit retardé se profile, la date du 29 mars inquiète toujours les usagers d'Eurostar. Les queues promettent d'être gargantuesques et les accords bilatéraux ne sont toujours pas conclus concernant la licence qui permet aux trains de rouler.

Les députés britanniques ont apporté leur soutien mercredi soir à la nouvelle stratégie de Theresa May qui pourrait repousser la date du divorce à après le 29 mars. Mais en attendant d'aboutir à un accord avec Bruxelles.

Incertitude donc, qui pèse sur les acteurs politiques et économiques... Et ceux qui font la navette entre la France et le Royaume Uni, les utilisateurs de l'Eurostar.

Guillaume Pepy s'est voulu rassurant lundi: l'exploitation des trains va se poursuivre même sans accord sur le Brexit. Même s'il reste des détails à régler. Mais pour quelle qualité de service ?

Des queues de 1,6 km ?

Un rapport confidentiel du gouvernement britannique révélé jeudi par le Financial Times, des queues de 15.000 personnes de 1 mile (1,6 km) de long pourraient se former à la gare Saint-Pancras.

Les plus de 10 millions d'usagers annuels de l'Eurostar craignent de voir leurs trajets perturbés. Les plus fidèles empruntent l'Eurostar plusieurs fois par mois. Et ils s'inquiètent, à l'image de Salima, qui travaille dans la finance.

Des queues, mais aussi moins de trains ?

"J'ai ma famille en France et j'ai mon entreprise en Angleterre, donc je multiplie les allers-retours en Eurostar. S'il y a des histoires de visas qui commencent, si les passeports commencent à changer, je pense qu'il y aura une multiplication aussi des contrôles."

Pire : le gouvernement prévient que le trafic pourrait être perturbé. Ce que regrette Louis, "startupper" à Londres.

"Ce serait nul tout simplement. Du moment où je pars de chez moi à celui où j'arrive ça représente moins de 4 heures, ce qui représente quelque chose de très simple, on peut faire l'aller retour dans la journée. L'avion c'est beaucoup plus lourd, au moins 6 heures, c'est plus complexe, c'est moins confortable."

"Les arrangements bilatéraux ne sont toujours pas conclus. Sans ça, les trains ne pourront pas rouler"

Sans accord sur le Brexit, la licence qui autorise l'Eurostar à rouler ne serait plus valable sur le continent. Sauf si les pays concernés, signent un traité, explique le député travailliste Daniel Zeichner.

"Les arrangements bilatéraux ne sont toujours pas conclus. On est seulement à 6 semaines du 29 mars. Et sans ces arrangements, les trains ne pourront tout simplement pas rouler."

Eurostar prévoit pour l'instant de maintenir son service. Mais admet une porte parole admet ne pas avoir de nouvelle pour le moment. Et l'heure tourne. 

Soizic Michaut (avec James Abbott)