RMC

Comportement "inhabituel", 132 personnes à bord... Ce que l'on sait du crash d'avion en Chine

Avion de la China Eastern Airlines en 2017

Avion de la China Eastern Airlines en 2017 - Hector RETAMAL / AFP

Un avion commercial s'est écrasé ce lundi dans le sud de la Chine. Les 132 personnes à bord ont de faibles chances d'être retrouvées en vie, mais aucun bilan officiel n'a pour l'heure été communiqué.

Un Boeing-737 avec à son bord 132 personnes s'est écrasé ce lundi dans le sud de la Chine. Un accident qui pourrait s'avérer le plus meurtrier depuis 1994 dans ce pays où la sécurité aérienne s'est grandement améliorée. L'appareil a "perdu le contact au-dessus de la ville de Wuzhou" dans la région montagneuse du Guangxi, a indiqué l'administration chinoise de l'avion civile (CAAC) sans fournir de bilan des victimes.

"Il est confirmé que ce vol s'est écrasé", a-t-elle ajouté dans un bref communiqué, précisant avoir dépêché "un groupe de travail" sur les lieux. L'avion transportait 123 passagers et 9 membres d'équipage.

Le président chinois Xi Jinping s'est dit "sous le choc" après l'accident, a rapporté la télévision publique CCTV. Dans une inhabituelle réaction à chaud, l'homme fort de Pékin a appelé à "déterminer au plus vite les causes de l'accident", a indiqué la chaîne.

  • Un comportement "très inhabituel" de l'avion avant le crash

Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA), a souligné à l'AFP qu'il est "beaucoup trop tôt" pour tirer des conclusions mais quelques éléments pouvaient être tout de même analysés.

"Sur le site Flightradar, on voit que l'avion, qui était en altitude de croisière (à près de 9.000 m d'altitude, ndlr), a brutalement piqué à environ 600 km/h vers le sol avant de s'écraser. C'est très inhabituel, un décrochage simple ne donnerait pas du tout ce genre de profil", explique-t-il.

"Imaginons qu'on décroche à haute altitude, à ce moment-là, le pilote pique un peu du nez pour reprendre de la vitesse, et tout doucement l'avion reprend son vol. Ce sont des manoeuvres qu'on apprend dans les premières heures des leçons de pilotage. Un décrochage à haute altitude, ça se rattrape très, très bien. Là, c'est autre chose", assure-t-il.

  • Une chute de 8 km en trois minutes

Selon le site spécialisé FlightRadar24, l'appareil a perdu en l'espace de trois minutes près de 26.000 pieds (7.925 m), avant de disparaître des écrans radar après 14h22 locales (7h22 en France).

L'avion est "complètement tombé en morceaux" après s'être encastré sur un flanc de montagne, a raconté un riverain à un média local. L'accident a "provoqué un incendie" dans la montagne, a de son côté indiqué la télévision publique CCTV, ajoutant que des équipes de secours avaient été envoyées sur place.

  • Une compagnie sérieuse

China Eastern Airlines est la deuxième compagnie aérienne chinoise en termes de passagers. Malgré un trafic atone en Chine pour cause de Covid, la compagnie dit avoir transporté plus de 5 millions de personnes pour le seul mois de janvier, date des dernières données disponibles. Basée à Shanghai, China Eastern propose aussi bien des vols intérieurs que des liaisons internationales, notamment avec Paris.

  • Une bonne sécurité aérienne en Chine

Les accidents d'avion sont relativement rares en Chine, un pays où le trafic aérien s'est considérablement développé ces dernières décennies et où les mesures de sécurité sont généralement strictes. Le dernier accident majeur dans le pays remontait à août 2010. Un vol de la compagnie chinoise Henan Airlines s'était alors écrasé dans le nord-est du pays et avait fait une quarantaine de morts.

  • Un modèle d'avion ne posant pas de problèmes particuliers

L'appareil était a priori un Boeing 737-800 NG, la génération précédant celle du tristement célèbre 737-MAX, un temps interdit de vol après deux accidents mortels. Mais pas de problèmes récents ne concernaient le 737-800 NG selon Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA).

"Je n'ai jamais entendu parler de problème particulier sur ce modèle d'avion, c'est un dérivé du Boeing 737 très ancien mais sur lequel on a installé des moteurs modernes. L'avion n'a pas subi le même type d'évolution sur les commandes de vol que le MAX (à la source des deux accidents, ndlr)", assure-t-il.

China Eastern dispose d'une flotte de 751 appareils, dont 289 appareils Boeing 737. Depuis les Etats-Unis, Boeing a dit s'efforcer "de réunir davantage d'informations".

avec AFP