RMC

Conflit israélo-palestinien: "L'idée des deux états, on peut se demander si elle est encore possible"

Pascal Boniface, directeur de l’institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), est très pessimiste pour l'avenir à court terme d'une solution pacifique à deux états pour Israël et la Palestine.

Israéliens et Palestiniens se préparent à de nouveaux affrontements mardi dans les Territoires au lendemain de la journée la plus meurtrière du conflit depuis quatre ans, avec la mort de près de 60 Palestiniens sous les balles israéliennes.

Ces violents affrontements avec l'armée israélienne le long de la frontière coïncidaient avec l'inauguration de la nouvelle ambassade américaine à Jérusalem à quelques dizaines de kilomètres de là. Tandis qu'officiels israéliens et américains célébraient en grande pompe un jour "historique", le bilan humain s'est encore alourdi mardi matin avec l'annonce de la mort d'un bébé, décédé après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors des heurts, selon le ministère gazaoui de la Santé.

"Israël ne donne comme perspective que la répression"

Pascal Boniface, directeur de l’institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et invité de Bourdin direct ce mardi matin, a expliqué que ces tensions semblent marquer un nouveau revers pour une solution pacifique, constatant qu'Israël "ne donne comme perspective que la répression".

"L’idée des deux états, on peut se demander si c’est encore possible, je l’ai toujours soutenue mais on peut se demander si ce qu’on a appelé les promesses d’Oslo a encore une réalité. On peut se demander vraiment où ceci va aller car les Palestiniens sont dans une situation désespérante avec un leadership pour le moins contestable. Mais il n’y a aucune perspective politique et Israël ne donne comme perspective que la répression"

"C'est avant tout l’occupation et le blocus qui est responsable de la situation"

Alors que l'ambassadrice d'Israël en France tentait de justifier ces attaques en avançant le principe de défense de ses frontières et en pointant du doigt la violence du Hamas, Jean-Jacques Bourdin demandait à Pascal Boniface si le Hamas envoyait vraiment des personnes sans protection à la frontière israélienne en sachant les risques que cela encourt.

"Le Hamas les encourage, mais il y a aussi une volonté interne des habitants de Gaza qui n’ont aucune perspective. Ils sont soumis à un blocus. La division inter-palestinienne n’aide pas, mais malgré tout c’est avant tout l’occupation et le blocus qui est responsable de la situation."
J.A. avec Bourdin direct