RMC

Covid-19: qui est confiné dans le monde et qui ne l'est pas?

EXPLIQUEZ-NOUS - Si la France devait bientôt être confinée, elle rejoindrait la liste grandissante des pays qui ont pris des mesures similaires.

Sont confinés de façons assez strictes : l'Angleterre, l'Irlande, l'Allemagne, le Portugal, l'Autriche entre autres. En Angleterre et en Irlande les mesures sont au moins aussi strictes qu’au printemps dernier parce que la situation dans les hôpitaux est jugée “hors de contrôle". On a appris ce week-end que les écoles ne rouvriront pas avant les vacances de Pâques. C’est la une de toute la presse britannique ce lundi matin.

En Allemagne, les crèches, les écoles les commerces non-alimentaires sont également fermés pour 8 a 10 semaines, c’est à dire jusqu’en avril. Et dans les régions les plus touchées il est interdit de se déplacer à plus de 15 kilomètres de chez soi.

En Autriche depuis ce matin le port du masque FFP2 est obligatoire dans les commerces et les transports. Tout est fermé, les écoles, les théâtres, les magasins, tout sauf… les stations de ski, jugées essentielles.

Dans les mesures annoncées ce week-end, on peut aussi citer la Guyane, ou le confinement a été décrété mais uniquement du samedi soir au lundi matin. Un confinement du week-end, c’est une expérience.

En Israël, malgré la campagne de vaccination la plus avancée du monde avec 41% de la population déjà vaccinée, le pays a encore de très mauvais chiffres. Et donc ce soir à partir de minuit, tous les vols sont suspendus, sauf pour les avions cargos. Et comme c’est un pays que l’on ne rejoint quasiment qu’en avion, cela veut dire qu'Israël est désormais coupé du monde. Le temps d’obtenir des résultats et en tout cas au moins jusqu’a la fin du mois.

Quels sont les pays qui ont fait le choix inverse, celui de ne pas confiner pour l’instant?

La majorité des pays européens qui comme la France surveillent les chiffres de près et repoussent l’échéance.

L'Italie impose pour l’instant un couvre-feu a 22 heures. Les cafés et les restaurants sont ouverts à midi mais doivent fermer à 18 h. Mais les voyages d’une région à l’autre sont très limités de même que les visites chez la famille ou les amis. Une visite par jour maximum. Et certaines régions plus touchées que d’autres comme la Sicile sont actuellement confinées.

En Espagne, pas de confinement non plus. Les déplacements d’une région à l’autre sont également presqu’un interdit. Certaines régions comme le pays Basque sont presque totalement fermées et isolées. Mais les restaurants, les cafés, les cinémas sont ouverts, les musées et les théâtres aussi. A Madrid un couvre-feu a simplement été instauré à 22 heures. A Pamplune on n'a pas le droit de fumer en terrasse. Pour garder son masque.

Les chiffres en Espagne sont pourtant très mauvais. Quelque 35.000 nouveaux cas par jour, deux fois plus qu’en France. Mais le reconfinement n’est pas envisagé pour des raisons économiques. Le premier confinement a été un désastre, un second mettrait l’économie par terre. Un responsable des autorités sanitaires de Catalogne l’a avoué franchement : “Si nous étions aussi riches que la France ou l'Allemagne, on fermerait bien sur les restaurants, mais on n’a pas les moyens d’aider les restaurateurs comme nos voisins.” Ça a le mérite d'être clair.

La Suède, pays particulier depuis le début de l’épidémie

La Suède avait choisi une stratégie différente, quasiment aucune mesure restrictive, préférant tabler sur la responsabilité des Suédois ou sur l’immunité collective. Cette politique a clairement échoué. Le roi de Suède l’a encore répété la semaine dernière. La Suède a eu dix fois plus de morts que ses voisins immédiats, la Norvège et la Finlande. 

Si bien que la semaine dernière, le pays s’est doté de lois permettant la fermeture des commerces ou des restaurants. Les lois ont été votées mais ne sont pas encore entrées en vigueur. C’est une possibilité que le pays s'est offert.

En revanche, le confinement de la population reste absolument impossible. Parce qu’il est interdit par la Constitution. L’état d’urgence ne peut être déclaré qu’en cas de guerre. De vraie guerre, pas de guerre sanitaire. Les Suédois pourront donc continuer à se déplacer librement. Quoi qu’il en coûte.

Il y aussi des pays où les mesures restrictives sont contestées par des manifestations dans la rue

C’est nouveau. Des manifestations très violentes dimanche aux Pays-Bas dans plusieurs grandes villes comme Amsterdam et Eindhoven. Des voitures ont été brûlées, des vitrines brisées.

La police anti-émeute a utilisé des canons à eau et des chiens. Les manifestants protestaient contre l’entrée en vigueur du couvre-feu à 21 heures. Ce qui n’étaient jamais arrivé aux Pays-bas depuis la dernière guerre mondiale.

Des manifestations également ce week-end à Copenhague au Danemark et à Madrid en Espagne. A Madrid, les manifestants brandissaient des pancartes contre “la tromperie du coronavirus”. C'est-à-dire l’utilisation par les autorités d’un virus qui selon eux n’existe pas. L'Espagne déplore pourtant 55.000 morts.

Nicolas Poincaré