RMC

Guerre en Ukraine: l'armée russe resserre l'étau sur Kiev, la capitale organise sa résistance

L'Ukraine a fait état de tirs de missiles sur Kiev alors que des soldats russes ont pénétré dans la capitale ukrainienne ce vendredi, au lendemain de l'invasion du pays.

Les forces russes resserraient vendredi leur étau autour de Kiev, avec des combats en cours dans et aux abords de la capitale de l'Ukraine, au deuxième jour d'une invasion que l'armée ukrainienne faisait "tout son possible" pour repousser.

Au lendemain du lancement par Vladimir Poutine d'une attaque massive contre l'Ukraine voisine, qui a déjà fait des dizaines de morts et plus de 100.000 déplacés, les premiers combats dans la capitale étaient signalés. Des échanges de tirs et des explosions ont été entendus dans le quartier d'Obolon au nord de la capitale en bordure du Dniepr. Plusieurs détonations sourdes étaient aussi entendues depuis le centre-ville, selon l'AFP.

Certains habitants ont indiqué à l'AFP avoir vu deux corps ressemblant à des soldats russes tués. L'armée ukrainienne a néanmoins interdit à l'AFP de les approcher. "Deux véhicules de combat d'infanterie avec des marques d'identification cachées roulaient sur la route. Je n'ai pas vu l'insigne de l'unité", a expliqué à l'AFP Evguen Nalutay, 39 ans. "L'un s'est caché juste dans ce passage souterrain et l'autre a continué tout droit, avant de s'engager dans la cour d'une maison et je l'ai perdu de vue, les gens fuyaient", a-t-il ajouté.

Un autre résident du quartier, Viktor Berbach, 58 ans, a vu les deux véhicules blindés écraser la voiture délibérément. "Ca n'était pas un accident, c'était pour le plaisir", dit-il .Le ministère ukrainien de la Défense a affirmé sur sa page Facebook qu'il s'agissait d'un commando de soldats russes en reconnaissance en mission de "sabotage". Le conducteur de la voiture a miraculeusement survécu et a pu être extrait de son véhicule comme en attestent des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

>> A LIRE AUSSI - Guerre en Ukraine: le président ukrainien appelle les Européens aguerris à venir combattre

"Cette nuit, ils ont commencé à bombarder des quartiers civils"

L'armée de terre ukrainienne a souligné que des "tirs de missiles" visaient Kiev, précisant en avoir détruit deux en vol. Selon le maire de la ville, Vitali Klitschko, ces tirs auraient blessé trois personnes, dont une grièvement, dans un quartier résidentiel du sud-est de la capitale. Un immeuble de 10 étages du quartier a perdu toutes ses fenêtres après une explosion en pleine nuit. "Ca a pris feu", a raconté un riverain à l'AFP.

Les forces ukrainiennes ont également rapporté combattre des unités de blindés russes dans deux localités au nord de Kiev, Dymer (45 km) et Ivankiv (80 km). Des troupes russes approchaient aussi la capitale - désertée vendredi matin, mais qui compte en temps normal près de trois millions d'habitants - depuis le nord-est et l'est, selon l'armée ukrainienne. 

"Cette nuit, ils ont commencé à bombarder des quartiers civils. Cela nous rappelle (l'offensive nazie) de 1941", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky vendredi matin dans une vidéo sur les réseaux sociaux, prononçant cette phrase en russe, à l'attention des citoyens russes. Il a salué l'"héroïsme" des Ukrainiens face à une invasion qui selon lui a déjà fait 137 morts et 316 blessés côté ukrainien, assurant que ses soldats faisaient "tout leur possible" pour défendre le pays. 

Le ministère ukrainien de la Défense a appelé les civils à prendre les armes. "Nous demandons aux citoyens de nous informer des mouvements ennemis, faites des cocktails molotov, neutralisez l'occupant!", a-t-il écrit dans ce message. 

Dans la nuit, après l'instauration d'un couvre-feu à Kiev et alors que Zelensky décrétait la mobilisation générale, des sources militaires occidentales avaient indiqué que les forces russes avaient déjà acquis "une supériorité aérienne totale" en Ukraine. Leur objectif est de "décapiter le gouvernement" ukrainien pour le remplacer par une équipe favorable à Moscou, selon ces sources. 

Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov a déclaré que la Russie voulait "libérer" les Ukrainiens de "l'oppression", semblant confirmer l'objectif d'un renversement du pouvoir.

Zelensky a déploré que l'Ukraine soit "laissée seule" face aux forces russes. L'Otan, dont les dirigeants se réunissaient vendredi en visioconférence, a déclaré qu'elle n'y déploierait pas de troupes.

Déjà 100.000 réfugiés?

Environ 100.000 personnes ont fui leurs foyers en Ukraine et des milliers ont quitté leur pays, a indiqué le Haut-commissariat de l'Onu pour les réfugiés. L'UE s'est dite "pleinement préparée" à les accueillir. Une réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE est prévue ce week-end pour examiner "l'impact humanitaire et sécuritaire" de la crise et "les mesures de rétorsion", selon un responsable français.

Des centaines de réfugiés sont déjà arrivés en Pologne. Quelque 200 personnes ont passé la nuit dans la gare polonaise de Przemysl (sud-est), transformée en centre d'accueil.

>> A LIRE AUSSI - Guerre en Ukraine: que signifie la lettre "Z" sur les véhicules militaires russes?

La rédaction avec AFP