RMC

Guerre en Ukraine: l'hôpital de Kiev, au plus près du front

Alors que les combats autour de Kiev se poursuivent entre Russes et Ukrainiens, l'hôpital de la capitale tourne à plein régime. Chaque jour, des dizaines de blessés affluent dans les couloirs du bâtiment.

Les combats continuent en Ukraine autour de la capitale Kiev. Et dans cette ville un lieu stratégique: l’hôpital qui se trouve le plus proche du front. Chaque jour, il accueille des dizaines de blessés. Quand on pousse la porte d'une des chambres, un vieil homme se présente à nous. Il s'appelle Yuri, il a un énorme bandage blanc autour de l'avant-bras droit. Il est une victime des bombardements russes.

“Un ami a crié 'je n'ai plus de jambe' et moi aussi, j'ai crié 'je n'ai plus de bras!' parce que je voyais mon bras en charpie, je ne sentais plus rien. Mais je n'ai pas eu peur de mourir, je n'ai pas eu le temps d'y penser à ça”, raconte-t-il.

Yuri s'en est sorti. Pas son ami, décédé un peu plus tard, dans ce même hôpital aux couloirs beige et bleu. C’est l'hôpital le plus proche du front et qui reçoit chaque jour entre 20 et 35 hommes.

Un hôpital en danger

Les combats sont impitoyables comme le raconte Denys Reysin, adjoint au médecin-chef.

“Parfois, malheureusement, il est trop tard quand ces hommes arrivent à l'hôpital. Jeudi, on a été face à cette situation, une ambulance est arrivée avec deux blessés dont un grave, et un mort”, explique-t-il.

Ce médecin dort chaque soir dans l'enceinte de l'hôpital. Sa femme a quitté le pays pour la France, elle vient d'arriver à Brest avec leurs enfants. Denys peut donc sereinement se concentrer sur son métier: soigner.

Justement, trois soldats touchés aux jambes sortent en fauteuil roulant. Ils quittent l'hôpital sauvé, mais pas guéris. Un hôpital qui se sait en danger. Quelques jours, plus tôt, un missile est tombé à moins de 2 kilomètres du bâtiment.

A Kiev, Benoît Ballet et Nicolas Poincaré avec Guillaume Descours