RMC

"L'Europe en question(s)": comment ont voté les députés européens français élus depuis 2014?

Chaque jour, RMC se pose une question concrète au sujet de l'Europe. Aujourd'hui on s'intéresse aux votes des députés européens français.

Au Parlement européen, les eurodéputés français n’ont pas toujours été d’accord au moment de voter. Plus étonnant, des dissensions fortes ont eu lieu au sein même des partis sur différents sujets. 

À peine installé au Parlement, il a fallu se prononcer sur deux accords commerciaux controversés: le TAFTA et le CETA. Une majorité de député français a voté contre ce texte. Mais quand on regarde dans le détail, il y a eu d’un côté les protectionnistes (FN, les partis de gauche) qui ont voté contre, et de l’autre les libéraux, et l’UMP, qui ont au contraire voté majoritairement pour le TAFTA et le CETA.

L’immigration est aussi un sujet qui a divisé les eurodéputés en deux camps. PS, Europe Écologie et la gauche de la gauche ont voté en faveur de l’accueil des migrants et de l’instauration des quotas. Le FN a massivement voté contre. Mais cette question de l’immigration a aussi totalement divisé au sein d’un même parti : l’UMP. 30% des élus UMP ont voté pour les quotas, 70% contre. L’UMP s’est aussi divisé sur les sanctions contre la Hongrie de Viktor Orban.

Des votes incohérents

Au Front de gauche et à Europe Ecologie, c’est au sujet du fichier des passagers aériens qu’on était pas d’accord. Chez Europe Ecologie, il y a aussi eu débat au sujet de la PMA. José Bové a voté contre.

Et puis il y a les votes incohérents ou qui n’ont pas respecté certaines promesses de campagne. Les centristes ont voté contre la création d’un SMIC européen, ils s’y étaient pourtant engagés et la proposition est aujourd’hui porté par leur nouveau partenaire de la République en Marche.

Enfin, il y a quelques mois, le FN a massivement approuvé la taxe européenne de 3% sur les géants du numérique. Mais aujourd’hui, la liste conduite par Jordan Bardella y est opposée et préfère une taxe au niveau national.

Matthieu Rouault avec Guillaume Descours