RMC

La Finlande confirme vouloir intégrer l'Otan, la Russie réagit

Sauli Niinistö, le président de la Finlande.

Sauli Niinistö, le président de la Finlande. - AFP

Le président de la Finlande s'est dit favorable jeudi à une adhésion "sans délai" à l'Otan. Une menace pour la Russie, qui répliquerait par des mesures "militaro-technique" a réagi Moscou.

L'entrée de la Finlande à l'Otan serait "assurément" une menace pour la Russie, qui répliquerait par des mesures "militaro-technique" à une telle adhésion, a jugé Moscou jeudi.

"L'élargissement de l'Otan et le rapprochement de l'Alliance de nos frontières ne rend pas le monde et notre continent plus stable et plus sûr", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à la presse, répondant "assurément" à la question de savoir si la Russie considèrerait une entrée de la Finlande dans l'Otan comme une menace.

Le président et la Première ministre de la Finlande se sont dit favorables jeudi à une adhésion "sans délai" à l'Otan, précisant que la décision du pays nordique serait annoncée dimanche à l'organisation.

"Mesures militaro-techniques pour mettre fin aux menaces à sa sécurité nationale"

En cas d'adhésion de la Finlande, la Russie sera "obligée de prendre des mesures réciproques, militaro-techniques et autres, afin de mettre fin aux menaces à sa sécurité nationale", a indiqué jeudi après-midi dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères russe.

Accusant l'Otan de chercher à créer "un autre flanc pour la menace militaire contre notre pays", la diplomatie russe a ajouté qu'"Helsinki doit avoir conscience de la responsabilité et des conséquences d'une telle décision".

Pour M. Peskov, la réponse de la Russie dépendra "des retombées pratiques de ce processus, de l'avancée des infrastructures militaires vers nos frontières". "Tout cela constituera les éléments d'une analyse spécifique et pour l'élaboration des mesures nécessaires afin d'équilibrer la situation", a-t-il ajouté.

La France "soutient" le choix de la Finlande

L'Élysée a, dans la foulée, annoncé soutenir pleinement la volonté de la Finlande d'entrer dans l'Otan.

"Le Président de la République a indiqué que la France soutenait pleinement le choix souverain de la Finlande d'adhérer rapidement à l'OTAN", a indiqué l'Elysée à l'issue d'un échange entre le président français Emmanuel Macron et son homologue finlandais Sauli Niinistö.

Une conférence de presse de l'exécutif finlandais prévue dimanche

"Etre membre de l'Otan renforcerait la sécurité de la Finlande. En tant que membre de l'Otan, la Finlande renforcerait l'alliance dans son ensemble. La Finlande doit être candidate à l'adhésion à l'Otan sans délai", ont affirmé le président finlandais Sauli Niinistö et la Première ministre Sanna Marin dans un communiqué commun. Une conférence de presse du tandem exécutif finlandais devant officialiser les "décisions concernant la politique de sécurité de la Finlande" est prévue dimanche, selon Helsinki.

La prise de position officielle des deux dirigeants marque la bascule de la ligne de la Finlande, qui partage une frontière de 1.300 kilomètres et un passé douloureux avec la Russie. Dans le pays de 5,5 millions d'habitants, 76% de la population est désormais en faveur de l'adhésion, selon un sondage publié lundi, soit le triple de son niveau d'avant-guerre.

Conséquence directe de l'invasion de l'Ukraine par Moscou, la candidature finlandaise devrait aller de pair avec une demande d'adhésion suédoise, attendue elle aussi dans les prochains jours.

RMC avec AFP