RMC

La prise de pouvoir des talibans peut-elle faire craindre un retour de la menace terroriste en France?

Le retour des talibans sur la scène internationale fait craindre une augmentation du risque terroriste. Mais certains spécialistes évoquent un risque déjà présent sans recrudescence à court terme pour l'instant.

Va-t-il y avoir un effet papillon? La prise de contrôle de la capitale afghane Kaboul par les talibans 20 ans après en avoir été chassés inquiète. Quel effet cela va-t-il avoir sur la menace terroriste qui pèse sur la France alors que sous domination talibane à la fin des années 90, l'Afghanistan avait notamment hébergé Oussama Ben Laden et Al-Qaida. 

Des organisations terroristes vont-elles à nouveau pouvoir prospérer sur le territoire afghan ? Des terroristes vont-ils s’introduire sur le territoire français parmi les nombreux migrants afghans qui vont vouloir rejoindre l’Europe et la France ? Pas si sûr, croient savoir les spécialistes.

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: mais d'où vient tout l'argent des talibans?

Pas de risque à court terme

"Il n'y aura pas d’impact immédiat ou à court terme", explique à RMC Jean-Charles Brisard président du Centre d’analyse du terrorisme (CAT). Pour lui, la menace ne va pas s’accroître dans les prochains jours, tout simplement parce que les talibans et surtout les organisations comme Al Qaida ou Daesh ont pour l’instant d’autres problèmes à gérer. Mais il n'exclut pas une augmentation de cette menace à moyen et long terme si l'Afghanistan devient un refuge où les terroristes peuvent prospérer.

Alain Rodier du Centre français de recherche sur le renseignement n’est pas aussi catégorique. Pour lui, pas de risque immédiat sauf si une personne sensible aux idéaux terroristes se trouve galvanisée par cette victoire des talibans et décide de passer à l’acte. D'ailleurs, cette menace existe déjà sur notre territoire. Ce n’est donc pas une éventuelle vague de migrants venus d’Afghanistan qui augmentera le risque terroriste conclut l’ancien officier du renseignement.

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: les premières personnes exfiltrées par la France attendues à Roissy cet après-midi

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)