RMC

Afghanistan: les premières personnes exfiltrées par la France attendues à Roissy cet après-midi

Cette opération militaire d'évacuation, baptisée Apagan, mobilise notamment deux avions de transport de l'Armée de l'Air.

Un Airbus A310 a décollé d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, et est attendu mardi après-midi à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, avec à son bord 45 ressortissants français et de pays partenaires exfiltrés de Kaboul par les autorités françaises, a indiqué le ministère des Armées.

D'autres rotations sont prévues dans les heures et jours à venir pour évacuer tous les ressortissants français, ainsi notamment que des Afghans ayant travaillé pour des organisations françaises et qui quittent le pays après sa chute aux mains des talibans.

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: ce qu'il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

D'autres rotations sont prévues dans les heures et jours à venir pour évacuer tous les ressortissants français, ainsi notamment que des Afghans ayant travaillé pour des organisations françaises et qui quittent le pays après sa chute aux mains des talibans.

Lundi soir, un premier appareil avait pu quitter l'Afghanistan en direction des Emirats. Ce premier appareil, un A400 M de transport militaire, parti de France lundi pour les Émirats, avait notamment amené des forces spéciales françaises à Kaboul pour participer aux opérations d'évacuation de plusieurs dizaines de Français ainsi que de certains Afghans.

"Nous voyons arriver dès maintenant un détachement des forces spéciales françaises, qui vont contribuer à la sécurisation de l'aéroport (...) et permettre les embarquements et les évacuations des ressortissants français, des ressortissants communautaires et des personnalités afghanes que nous projetons de mettre en sécurité dans les jours qui viennent", a déclaré à Kaboul à l'AFP David Martinon, ambassadeur de France, avant le départ de l'appareil.

Ce premier vol embarquait aussi "les Gurkhas de l'ambassade de France, qui sont ces soldats d'élite indiens et népalais, qui rentrent chez eux leur mission achevée", a-t-il précisé.

>> A LIRE AUSSI - "L'équipage a pris la décision d'y aller": l'incroyable image d'un avion militaire américain bondé au décollage de Kaboul

"Cette opération ne pourrait pas avoir lieu sans un puissant soutien des Émirats arabes unis", a loué la ministre, déclarant qu'il était "un peu tôt" pour "donner un chiffre avec certitude" sur le nombre total de personnes qui vont être rapatriées.

Lundi soir dans son allocution, Emmanuel Macron avait indiqué que la priorité de Paris était d'évacuer les Français encore présents en Afghanistan, notamment des diplomates, des humanitaires et des journalistes, dont le nombre est évalué à quelques dizaines. 

La rédaction de RMC avec AFP