RMC

"Routes d'Europe": qu'est-ce que le revenu de solidarité, une aide aux conditions d'attribution restrictive?

Cette aide pour les personnes en grande difficulté a été instaurée il y a deux mois par le Mouvement 5 étoiles. Mais certains regrettent que ce revenu de citoyenneté soit trop compliqué à obtenir.

C’est, avec la Ligue de Matteo Salvini, l’autre force politique italienne en présence en Italie: le mouvement 5 étoiles. Depuis son arrivée au pouvoir, le parti a déjà pris quelques mesures remarquées dont notamment, la mise en place du revenu de citoyenneté. 

Depuis le début du mois de mars, Erica, employée de ce centre administratif de Milan, reçoit chaque jour des dizaines de demandes pour accéder à cette aide. "Nous en avons reçu plus de 3500. La plupart des demandeurs sont en grande difficulté, au chômage depuis plusieurs années ou d’autres qui viennent juste de perdre leur emploi", explique-t-elle.

C’est le cas de Matilde. À 41 ans, cette mère de famille sans emploi depuis plus de deux ans a décidé de mettre sa fierté de côté. 

"Nous vivons avec 1400 euros par mois. Il n’y avait pas d’autres aides comme celle-ci jusqu’à maintenant, j’espère que ça pourra nous aider. J’espère toucher entre 500 et 700 euros. Je ne demande pas plus", confie-t-elle.

900.000 demandes en deux mois

En moyenne, les bénéficiaires devraient toucher 400 euros sauf que les conditions d’attribution de ce revenu sont très restrictives et contrôlées. Pour pouvoir être éligible, il ne pas gagner plus de 780 euros par mois, rechercher activement du travail ou encore résider en Italie depuis plus de 10 ans, ce qui exclut les nouveaux arrivants. Ce que regrette Paola Gilardoni, porte-parole de l’Alliance régionale contre la Pauvreté.

"Il faut que plus de personnes puissent y accéder. En Italie, nous avons 17 millions de personnes en risque élevé de pauvreté. Elles sont exclues de ce dispositif, c’est très inquiétant", indique-t-elle.

En deux mois, l’administration italienne a déjà reçu près de 900.000 demandes d’attribution du revenu de citoyenneté.

Anaïs Bouitcha et Pierrick Bonno avec Guillaume Descours