RMC

Taïwan: pour des spécialistes, la Chine ne se risquera pas à affronter militairement les Etats-Unis

Si la Chine a annoncé déployer des manoeuvres militaires près de Taïwan après la visite de Nancy Pelosi sur l'île que Pékin considère comme l'une de ses provinces, le pays "réfléchira deux fois" avant de s'engager dans un conflit militaire avec les Etats-Unis, selon plusieurs spécialistes interrogés par RMC.

Le déplacement de Nancy Pelosi, présidente démocrate de la chambre des représentants américaine, à Taiwan pour démontrer le soutien des Etats-Unis à l'île a déclenché la colère du gouvernement chinois.

En réaction, le pays a annoncé le déploiement de manoeuvres militaires "nécessaires et légitimes" près de Taïwan et une série de sanctions commerciales contre l'île que Pékin considère comme l'une de ses provinces.

Si la tension est montée entre les trois parties, il est peu probable que cela donne lieu à un conflit militaire, selon plusieurs spécialistes. Pour Jean-Pierre Cabestan, directeur de recherche au CNRS, la Chine ne risquera pas d'affronter militairement les Etats-Unis.

"La Chine ne va pas se lancer dans une opération armée contre Taïwan, qui immanquablement impliquerait les Etats-Unis, la première puissance militaire mondiale, et qui impliquerait un risque de nucléarisation du conflit, car les deux sont des puissances nucléaires", a-t-il estimé au micro de RMC. "La Chine réfléchira deux fois avant de se lancer dans une telle opération."

"S'engager dans un conflit serait catastrophique"

Même analyse du côté d'Emmanuel Lincot, professeur à l’institut catholique de Paris.

"La Chine à ce jour n’a pas la puissance de feu, n’a pas les moyens de coercition qui lui permettraient de mettre à genoux Taïwan et les Etats-Unis" selon lui. Donc "s’engager dans un conflit serait catastrophique pour la Chine et pour le Parti communiste chinois”, a-t-il indiqué.

Mais le risque d'un conflit inquiète les pays qui se trouvent à proximité de Taïwan. La Corée du Sud a appelé mercredi au dialogue pour maintenir la paix et la stabilité dans la région.

Le Japon s'est de son côté dit "préoccupé" face aux "actions militaires ciblées" promises par Pékin puisque certaines auront lieu à l'intérieur de la zone économique exclusive (ZEE) japonaise.

Garance Munoz