RMC

La colère des usagers du RER A: "A cause des retards, je vais devoir déménager"

Les quais du RER A sont régulièrement bondés à cause des retards et autres dysfonctionnements

Les quais du RER A sont régulièrement bondés à cause des retards et autres dysfonctionnements - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Un collectif de voyageurs va mener, pour la première fois, une action de groupe à l'encontre de la SNCF, de la RATP et Stif. Objectif : pointer les dysfonctionnements du RER A, la ligne la plus fréquentée de France avec 1,2 million de voyageurs par jour. RMC est allée à la rencontre de certains d'entre eux.

Les usagers du RER A haussent le ton contre la SNCF. Certains d'entre eux entendent en effet dénoncer les nombreux manquements quotidiens de cette ligne, la plus chargée de France avec un million d'usagers par jour. Il faut dire qu'entre retards au travail et arrivée tardive à la maison, les préjudices aux passagers sont nombreux. Certains auraient même perdu leur emploi. C'est pourquoi ces usagers en colère ont saisi l'association UFC-Que Choisir pour monter un dossier et envisager une action de groupe contre la SNCF, la RAPT et STIF, le syndicat des transports d'Île-de-France.

"Même dire la vérité ne suffit plus"

"C'est une catastrophe ! Quand on arrive au boulot, on vous prend pour un fou car personne ne croit que l'on peut avoir des problèmes sur sa ligne tous les jours alors que c'est la vérité. Ça pèse sur le moral", assure à RMC Sami, qui vit à Cergy et travaille à Paris. Une répétition des retards qui a des conséquences sur son travail: "Le patron, il est patron. Il ne veut pas savoir". Face à ces multiples dysfonctionnements, Sami est obligé de ruser: "Soit je me réveille beaucoup plus tôt pour prendre deux trains d'avance parce que même un d'avance n'est pas assez. Soit je suis obligé d'inventer des choses car même dire la vérité ne suffit plus".

Mais cette situation ne peut plus durer, cet usager va devoir prendre une décision radicale: déménager. "Je préfère être en banlieue car j'entends les oiseaux le matin. C'est une qualité de vie que je ne voulais pas quitter mais malheureusement je vais devoir déménager et vivre à Paris. Je serai à vélo et si je suis en retard ça sera de ma faute". Fatigué d'arriver en retard au travail à cause des problèmes sur le RER A, Jonathan, 28 ans, a franchi le pas: il a quitté Cergy pour s'installer à Paris.

"Ce n'était plus vivable !"

"Mettre plus d'une heure et demi pour aller travailler alors que j'aurais pu mettre seulement 45 minutes, les retards, les suppressions de train… Ce n'était plus vivable!", confie-t-il dans Bourdin Direct. C'est pourquoi, "j'ai préféré déménager, quitter le lieu où j'avais ma famille et mes amis pour me rapprocher de mon travail". Une décision qu'il ne regrette finalement pas tant que ça: "Aujourd'hui, j'utilise ma voiture et je suis bien content de ne plus donner d'argent la SNCF et à la RATP pour des services qui ne me semblent pas du tout satisfaisants".

C'est pour Sami, Jonathan et le million de voyageur quotidien qui pâtissent des retards sur le RER A que des associations d'usagers veulent faire une action de groupe. Parmi elles, il y a SOS Usager présidé par Jean-Claude Delarue: "Personne ne nous écoute alors on a décidé de passer à l'action judiciaire. Ce qui est important c'est de forcer la SNCF, la RATP et les pouvoirs publics de s'occuper enfin de ce problème".

Maxime Ricard avec Barthélémy Bolo