RMC

"Dupin Quotidien": le marché de la musique repart grâce au streaming

Selon un rapport publié par le Syndicat national de l'édition phonographique ou SNEP, le marché de la musique a enregistré une croissance de 4% l'an dernier. Grâce au streaming sur Internet.

Le marché de la musique repart. Il a enregistré une forte croissance de quasiment 4% l’an dernier, soit 583 millions d'euros, selon un rapport du SNEP le principal syndicat des producteurs. Déjà en 2016, l'industrie du disque avait amorcé une sortie de crise. Cette reprise se confirme après 15 années de baisse quasi constante... sauf en 2013 avec le succès d'artistes comme Stromae et Zaz qui avaient vendu beaucoup de disques. Mais, il est vrai que depuis l'émergence d'Internet, le secteur était vraiment mal en point. Visiblement cette mauvaise passe est terminée.

Et autre bonne note, ce rebond devrait durer grâce au streaming. Les études montrent que la musique est la première demande auprès des assistants vocaux qui sont en pleine explosion. Mais surtout, le chiffre d'affaires du streaming musical a augmenté de 23% en 2017 à 243 millions d'euros. Aujourd’hui, 4 millions et demi de français sont abonnés à un service de streaming type Spotify, Deezer, Apple Music, etc. Et, contrairement à ce qu’on peut imaginer, un utilisateur de streaming musical sur quatre a plus de 50 ans. Compte tenu de ce qu’on observe dans les autres pays, le nombre d'abonnés en France pourrait tripler au cours des 10 prochaines années, ce qui permettrait au marché de retrouver ses niveaux les plus élevés dans le passé.

Les ventes de CD en baisse... mais toujours majoritaires

Il y a quand même des limites à tout ça. Et surtout le piratage qui est un frein énorme pour l’industrie musicale, puisque plus d'un tiers des consommateurs français avouent utiliser des services de musique illicites.

A l'inverse,on constate un nouveau recul des ventes physiques (-4,7%). Mais les ventes de CD, DVD, vinyles restent quand même majoritaires puisqu'elles constituent encore 51,2% du chiffre d'affaires. Les Français restent attachés à l’objet disque plus que dans d’autres pays. C’est vraiment une spécificité française. D’ailleurs c’est assez symbolique, même si le vinyle ne représente que 12% du marché physique, les ventes de vinyles, ont explosé en volume l’an dernier de 72%!

Et ce ne sont pas seulement des nostalgiques qui en achètent, puisqu’un euro sur deux dépensé pour acheter un vinyle est dépensé par un acheteur de moins de trente ans. 

Marie Dupin