RMC

Adolescente tuée à Argenteuil: le scenario glaçant du meurtre d'Alisha, tombée dans un guet-apens

Les deux adolescents âgés de 15 ans ont été mis en examen mercredi soir pour "assassinat" à la suite de la mort violente d'Alisha, 14 ans, leur camarade de classe à Argenteuil. Ils ont été placés en détention provisoire.

"Glaçant et sordide"... Le procureur de Pontoise a livré mercredi le récit de la mort d'Alisha, 14 ans, frappée puis jetée dans la Seine pour des "futilités" par deux camarades de classe d'Argenteuil, présentés mercredi à un juge en vue de leur mise en examen pour "assassinat". Ils ont été placés en détention provisoire.

Les deux adolescents de 15 ans en garde à vue depuis lundi soir après la mort de la jeune Alisha, 14ans, à Argenteuil, sont accusés d'avoir organisé un véritable guet-apens pour attirer et tuer leur camarade de classe. Les deux suspects, T. et J., encourent jusqu'à 20 ans de prison.

Ce lundi 8 mars en fin d'après-midi, les trois collégiens se retrouvent à l'ombre du viaduc de l'autoroute A15 qui enjambe la Seine, sur un chemin à l'écart des habitations. 

Selon les premiers éléments, Alisha et la meurtrière présumée avaient dans un premier temps décider d’aller ensemble sur les quais de Seine, où elles ont l'habitude de se rendre. Mais ce qu’Alisha ignore, c’est que pendant qu’elles discutent, le meurtrier présumé, est caché à proximité. Il attaque alors par surprise, il la frappe au visage, la fait tomber, et au sol lui donne plusieurs coups de pied.

>> A LIRE AUSSI - Adolescente retrouvée morte dans la Seine: des photos dénudées et un "triangle amoureux" au coeur de l'enquête

D’après la version des deux agresseurs, à cet instant Alisha est encore vivante, elle gémit au sol les yeux ouverts. Alors le garçon et la fille décident ensemble de la jeter dans la Seine depuis le quai. Un scénario d’horreur.

Les coups pleuvent, dans le dos, à la tête. "La victime à ce moment-là était encore consciente, elle gémissait les yeux ouverts", selon le parquet. Cherchant à "faire disparaitre les traces des violences qu'ils avaient commises", les deux agresseurs présumés "auraient alors attrapé la victime pour la jeter dans la Seine en contrebas du quai, un quai très haut", a retracé Eric Corbaux, le procureur de la République de Pontoise, lors d'une conférence de presse.

>> A LIRE AUSSI - Meurtre d'une adolescente de 14 ans à Argenteuil: "Je n’aurai jamais pensé dénoncer mon fils pour ça", raconte la mère du meurtrier présumé

"Le rôle de chacun reste à déterminer"

Mais pourquoi en arriver là? Lequel des deux adolescents a eu l’idée ? L’un d’eux a-t-il été influencé? "Le rôle de chacun reste à déterminer", tempère le procureur qui rappelle que les suspects sont des adolescents de 15 ans, que s’ils n’ont pas semblé exprimer des remords immédiatement après le crime leur psychologie reste à déterminer. Des expertises seront effectuées pendant l’instruction.

Quand le couple d'agresseurs présumés revient au domicile du jeune homme, celui-ci, les vêtements couverts de sang, livre un récit des faits à sa mère, qui préviendra la police. Les deux adolescents se changent et ne montrent "pas d'expression de panique ou autre à ce moment-là", précise le procureur. De fait, ils quittent rapidement le domicile et se rendent à Paris, où ils achètent de quoi manger, avant d'aller chez une connaissance qui n'était au courant de rien. C'est là, à 2H00 du matin dans la nuit de lundi à mardi, qu'ils sont interpellés par la police, signant la fin d'un engrenage fulgurant bâti sur des enfantillages. 

Le procureur de la République a requis leur placement en détention provisoire. Ils passent cette nuit devant le juge de la liberté et de la détention qui va déterminer s'ils vont en détention ou non. Les deux accusés âgés de 15 ans encourent jusqu'à 20 ans de prison.

>> A LIRE AUSSI - Collégienne tuée dans le Val-d'Oise: une procédure disciplinaire visait les deux suspects

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)