RMC

Aulnay-sous-Bois: "les faits sont intolérables, inacceptables, gravissimes"

Dimanche, les quatre fonctionnaires de police soupçonnés d’avoir violenté un jeune homme lors de son interpellation ont été mis en examen. Chez Jean-Jacques Bourdin, Bruno Beschizza, le maire (LR) d’Aulnay-sous-Bois, ville où a eu lieu l’agression, juge les faits "intolérables".

Sur les quatre policiers mis en examen pour l’agression de Théo, survenue jeudi dernier à Aulnay-sous-Bois, un est soupçonné de viol et ses trois collègues de "violences volontaires en réunion". Selon la police, Théo se serait montré "virulent, menaçant", alors que la victime a affirmé s’être emporté après qu’un policier a giflé une personne contrôlée.

Un coup de matraque porté aux jambes aurait fait tomber Théo. Son pantalon aurait glissé avant qu’un autre coup de matraque lui soit porté au niveau des fesses. Ancien policier, le maire (LR) de la ville, Bruno Beschizza, dénonce des faits intolérables dans Bourdin Direct.

"En tant qu’ancien policier, en tant que maire, comment se satisfaire de la situation? La vie d’un gamin a été brisée. A force de donner son nom et toutes les explications médicales, le gamin va avoir un après dans le quartier. Il y a une famille brisée et quatre policiers en examen. Donc impossible de parler de satisfaction. Ma seule satisfaction c’est qu’il n’y ait pas de détournement de vérité. On a un tel décalage avec nos institutions et la vraie vie dans nos quartiers. A partir du moment où tout le monde a parlé d’analyse médicale, quand on parlait de faits graves, il fallait parler de viol. (...) Attention aux mots."

Le maire d’Aulnay-Sous-Bois l'affirme, la famille faisait figure d'exemple dans le quartier et Théo n'avait jamais eu de démêlé avec la police.

"Les faits sont intolérables, inacceptables, gravissimes. La police est un métier noble qui est fait pour protéger l’autre, c’est le b.a.-ba. Il faut que la police soit compréhensible dans les quartiers. Je l’ai répété, Théo est un jeune homme connu en bien, zéro tracas avec la justice. Une famille respectable, des gens qui aiment l’ordre, qui aiment la police, et c’est la grande majorité des habitants de ce quartier."

Bourdin Direct avec A.B.