RMC

Démantèlement d'un important campement de migrants à Grande-Synthe, dans le Nord

Police (illustration)

Police (illustration) - -

Cette évacuation a été demandée par Gérald Darmanin.

Les forces de l'ordre procédaient mardi au démantèlement d'un campement d'environ un millier de migrants à Grande-Synthe, dans le Nord, sur fond de tension entre Paris et Londres autour de la question migratoire et de contestation du traitement réservé aux exilés sur le littoral français.
Cette opération est menée à un moment de tensions diplomatiques entre Paris et Londres sur la question migratoire.

"Sur mon instruction, les forces de l’ordre procèdent à l’évacuation du campement illicite de migrants à Grande-Synthe ce matin" a indiqué sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. "Merci aux policiers et aux gendarmes mobilisés, ainsi qu'aux agents de la préfecture du Nord qui assurent (la) mise à l'abri" des migrants, a-t-il ajouté.

Selon la préfecture du Nord, le camp évacué est "le principal" de Grande-Synthe et il abrite "environ un millier de personnes". Les migrants doivent être conduits dans des centres "ou des places d'hébergements ont été identifiées dans le Nord et d'autres régions". De très nombreux policiers et gendarmes étaient déployés sur place.

Des familles avec des enfants et des nourrissons étaient évacuées dans le calme dans la matinée jusqu'à des cars pour être "mises à l'abri". Dans le même temps, des équipes de nettoyage commençaient à intervenir sur le site, abritant l'ancienne sécherie de chicorée Ringot. 

Selon le cabinet du maire socialiste de Grande-Synthe, Martial Beyaert, près de 1.500 personnes, en majorité des Kurdes, vivotaient depuis des semaines sur cette friche industrielle.

Depuis des années, des migrants affluent sur le littoral des Hauts-de-France, à Grande-Synthe ou Calais, dans l'espoir de se rendre au Royaume-Uni, où ils pensent pouvoir trouver du travail, sans être dissuadés par les démantèlements successifs et quasi quotidiens de leurs campements. 

La pression migratoire ne se relâche pas: selon le Royaume-Uni, 22.000 migrants ont réussi à rallier l'Angleterre à bord de petites embarcations depuis le début de l'année. Le bilan humain s'élève à trois morts et quatre disparus. Le traitement des migrants est sans cesse dénoncé par les associations qui leur viennent en aide, ainsi que des élus.

Quelques instants auparavant, il avait indiqué que "Ce matin, le démantèlement d'un réseau de passeurs sur le dunkerquois a permis l’interpellation de 13 trafiquants de migrants, ce qui porte le total à 1308 depuis janvier. Ces passeurs sont des criminels qui exploitent la misère humaine, responsables de l’immigration irrégulière".
La rédaction de RMC