RMC

Deux morts sur le Pont-Neuf à Paris: ce que l'on sait

Un policier, qui a tiré à plusieurs reprises sur une voiture soupçonnée d'avoir forcé un contrôle près du Pont-Neuf à Paris, tuant deux occupants âgés de 25 et 31 ans dimanche soir, a été placé en garde à vue lundi après-midi.

Et si le conducteur de la voiture voulait échapper au contrôle après avoir été surpris en pleine transaction de stupéfiants ? C'est en tout cas l'une des pistes étudiées par les enquêteurs, après la fusillade du Pont-Neuf à Paris dimanche soir. Après un refus d'obtempérer des policiers ont fait feu sur un véhicule qui tentait de les renverser, provoquant la mort de deux occupants de la voiture, et en blessant un troisième en plein centre de la capitale.

Deux personnes connues pour trafic de stupéfiants

Il est près de minuit ce dimanche soir quand cinq policiers surveillent un véhicule stationné à contresens sur l'Île de la Cité, les feux de détresse allumés. Une personne discute par la fenêtre avec les deux occupants avant de rentrer à l'intérieur. C'est à cet instant que les fonctionnaires décident de contrôler le véhicule.

Sauf que le conducteur fonce sur eux. Un des agents équipés d'un fusil d'assaut fait feu sur le véhicule qui finit sa course cent mètres plus loin sur le Pont-Neuf. Âgés de 25 et 31 ans, le conducteur et le passager avant décèdent. Selon une source policière, ils seraient connus de la justice pour trafic de stupéfiants. Le troisième occupant, lui est seulement blessé, il est inconnu des services de police.

Le policier auteur du tir en garde à vue

Une enquête pour "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" a été ouverte. De même, l'IGPN a été saisie pour une enquête du chef de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Le policier auteur des tirs a d'ailleurs été entendu lundi matin par l'IGPN avant d'être placé en garde à vue dans la journée.

"Cette mesure, prise notamment en raison de la gravité des conséquences des tirs de l'intéressé et afin de vérifier avec précision les conditions d'usage de son arme par celui-ci, est toujours en cours", a assuré le parquet à l'AFP. L'agent est en garde à vue à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Maxime Lévy (avec G.D.)