RMC

Eric Dupond-Moretti veut "totalement filmer et diffuser" les procès: mais pourquoi faire?

Le ministre de la Justice a indiqué être pour une justice "totalement filmée et diffusée". Une proposition qui fait débat chez les "Grandes Gueules" de RMC.

Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti veut que les procès soient "totalement" filmés et diffusés, a-t-il déclaré dans un entretien avec des lecteurs du Parisien publié lundi, un projet qu'il souhaite porter "avant la fin du quinquennat".

"Je suis pour que la justice soit désormais totalement filmée et diffusée. La justice doit se montrer aux Français. La publicité des débats est une garantie démocratique", a déclaré le ministre au Parisien. "J'aimerais porter cela avant la fin du quinquennat", a-t-il ajouté. "Une réflexion est en cours", a confirmé la Chancellerie.

Le Conseil constitutionnel avait pourtant confirmé, il y a moins d'un an, l'interdiction de procéder à la captation d'images et d'enregistrements lors de procès et de les diffuser, estimant que cette mesure était "nécessaire" pour garantir la sérénité des débats et prévenir toute atteinte à la vie privée.

Zohra Bitan, chroniqueuse des Grandes Gueules, craint qu’une diffusion des procès puisse avoir un effet à double tranchant. 

“Aujourd'hui, la justice, elle est à la fois critiquée sans même qu’on est connaissance. Il y a des gens qui avec trois lignes, font tout un commentaire. Le peuple commente déjà la justice, tout le monde donne son avis, sur un verdict, sur un procès. Tout le monde fantasme aussi sur la justice, on dit qu’elle est sévère, ou pas assez, qu’il y a la justice des riches et des pauvres. Moi j’aimerai bien savoir ce que le ministre de la Justice a envisagé comme répercussion sur l’opinion publique parce que ça peut produire le pire”, craint-elle. 

Mieux comprendre le système judiciaire?

Pour Didier Giraud, agriculteur, qui a déjà été juré aux assises, diffuser les procès peut surtout permettre de démystifier la justice. 

“Je trouve que le fonctionnement de la justice, quand on est citoyen, c’est quand même quelque chose qui est à des galaxies de ce qu’on vit. Et rentrer dans le fonctionnement pour mieux comprendre le système ça ne me semble pas illogique. Par contre, là où je suis plus perplexe, c’est dans le choix des procès à retransmettre”, indique-t-il.

Pour l’heure, les procès ne peuvent être filmés uniquement quand le procès présente "un intérêt pour la constitution d'archives historiques de la justice". Le procès des attentats de 2015, qui se tient à Paris depuis septembre, est ainsi filmé. Les images ne sont pas diffusées en direct et sont conservées par les Archives nationales.

Guillaume Descours