RMC

Adolescent de 14 ans tué par balle à Marseille: ce "point de deal" au coeur d'une rivalité entre bandes

Un adolescent de 14 ans est mort et un autre a été blessé dans une fusillade mercredi soir à Marseille. Un enfant de 8 ans a également été légèrement blessé.

Au milieu des barres d’immeubles, il est environ 22h, mercredi, lorsqu’un scooter pénètre la cité des Marronniers en plein cœur des quartiers nord de Marseille.

Le conducteur et son passager s’approchent d’un point de deal et ouvrent le feu à la kalachnikov. En face d’eux, deux jeunes de 14 ans. L’un est blessé aux jambes, l’autre meurt à l’hôpital. Un enfant de 8 ans est également légèrement blessé par des gravillons.

Une patrouille de CRS venait pourtant tout juste de quitter le point de deal 45 minutes plus tôt. Mais cette fusillade n’est pas vraiment une surprise pour les habitants de la cité, l’une des plus pauvres de Marseille. Ce point de deal était en effet dans le viseur de bandes rivales depuis plusieurs jours.

"Celui qui a été blessé est connu des services de police pour trafic de stupéfiants"

Alors quel rôle jouaient ces deux jeunes adolescents de 14 ans? Étaient-ils des guetteurs ou des dealers? Si l'enquête doit encore le déterminer, il semble qu'ils soient bel et bien impliqués dans le trafic de drogue:

"Celui qui a été blessé est connu des services de police pour trafic de stupéfiants", assure à RMC Ruddy Manna, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance, évoquant plutôt un guetteur qu'un dealer.

"Il est déjà déscolarisé à 14 ans, et c'est un vrai échec de la République. L'Etat n'arrive pas à le mettre à l'école mais les trafiquants arrivent à le garder de 11 à 22h sur un point de stup' pour faire le "chouff". Il y a une démission de l'école, des parents mais il faut se poser les bonnes questions. C'est vrai que les trafiquant monnayent ça avec de l'argent facile mais ça devient terrible pour cette société", ajoute-t-il.

"Il apparaît assez évident que la guerre des territoires pour récupérer des points de deal (de drogue) rémunérateurs est sans doute une des raisons de ces attaques à main armée", estimait déjà jeudi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Plusieurs homicides par balles ont eu lieu ces derniers mois dans des cités et quartiers de Marseille touchés par le trafic de drogue. Onze personnes sont mortes dans des règlements de compte depuis le début de l'année dans les Bouches-du-Rhône.

>> A LIRE AUSSI - Adolescent de 14 ans tué par balles à Marseille: "La guerre des territoires des points de deal" en cause, selon Darmanin

Martin Juret avec Guillaume Dussourt