RMC

"Même les rats n'y vont plus": Le ras-le-bol des riverains du nord-est de Paris après la mort d'une toxicomane

La jeune femme est morte dans le quartier de la porte de la Villette où les toxicomanes ont été déplacés en septembre dernier. Une situation provisoire qui dure.

Le corps d'une jeune femme de 28 ans a été découvert jeudi dernier dans le quartier de la Porte de la Villette à Paris. Cette toxicomane est morte d'une overdose d'héroïne.

"Emma avait 28 ans, est morte et son décès est vraiment passé sous silence complet. Si nous n'étions pas sur le camp, nous ne l'aurions probablement jamais su", assure à RMC Stéphanie Benoist, présidente de l'association Village 4 chemins. 

"Même les rats n'y vont plus"

C'est dans le quartier de porte de la Villette que les consommateurs de drogue et de crack des jardins d'Eole ont été déplacés en septembre dernier. Une situation présentée comme provisoire à l'époque mais qui perdure. Les consommateurs de cracks sont toujours au square Forceval au Nord-est de Paris. Et les conditions de vie deviennent de plus en plus compliquées à l'approche de l'hiver.

Des conditions dont se passeraient bien ces toxicomanes, déjà malades, et qui souhaiteraient pour la plupart sortir de la dépendance à la drogue rappelle Stéphanie Benoist:

"Il y a une espèce d'omerta qui se créé sur les conditions de vie dans ce camp. Même les rats n'y vont plus. L'herbe a laissé la place à une boue épaisse et collante. Des seringues, des aiguilles et des déchets alimentaires jonchent le sol", détaille Stéphanie Benoist.

>> A LIRE AUISSI - Jean-Luc Lahaye en garde à vue pour viols et agressions sexuelles: ce que l'on sait

La rédaction de RMC