RMC

Gard: sa maison entourée de mines et de pièges, un survivaliste arrêté par le GIGN

Un marginal de 46 ans a été interpellé par les gendarmes du GIGN mardi à Carnas dans le Gard. Considéré comme un survivaliste, il vivait au milieu des pièges et des mines et possédait une demi-douzaine d'armes à feu.

C'est une intervention particulièrement délicate qui a eu lieu dans le petit village de Carnas, entre le Gard et l’Hérault. Mardi, les gendarmes du GIGN viennent interpeller un homme, soupçonné de fabriquer des explosifs, en tout cas d’avoir commandé sur internet tous les ingrédients nécessaires.

Sauf que le suspect vit sur un champ de mines! Il a installé tout autour de son logement des pièges artisanaux: une quarantaine de pièges au total ! Certains avec des explosifs, d’autres avec des billes d’acier, le tout relié à des détecteurs de mouvements. Plusieurs dispositifs s’allument avec des mèches, d’autres peuvent se déclencher avec du fil de pêche ou avec le système d’alarme, sans parler des caméras de surveillance.

Une demi-douzaine d'armes à feu

Pourtant, malgré tout cela, les gendarmes du GIGN sont parvenus à déjouer et désamorcer tous ces systèmes, avant d’atteindre le logement, dont la porte elle aussi était piégée. Et à l’intérieur, le suspect détenait une demi-douzaine d’armes à feu dont il n’a pas eu le temps de se servir.

D’après les premiers éléments de l’enquête, cet homme de 46 ans serait ce qu’on peut appeler un "survivaliste", un marginal, vivant isolé avec sa vingtaine de chiens.

Il a été placé en garde à vue, mais une expertise psychiatrique a été ordonnée pour savoir si son discernement est aboli ou altéré, en clair, savoir s’il pourra répondre de ses actes devant la justice.

Guillaume Biet