RMC

"Ils veulent notre mort": la tension est à son comble à Nice entre le cirque Zavatta et la mairie

À Nice, la mairie demande la libération des animaux sauvages du cirque Zavatta, installé sans autorisation sur un terrain de la commune. De leur côté, les circassiens dénoncent un "acharnement".

"Sauvez Jumbo et ses compagnons sauvages!". C'est l'appel lancé par la mairie de Nice dans une pétition pour réclamer la libération de l'hippopotame Jumbo et d'autres animaux du cirque Zavatta, qui s'est installé sans autorisation sur un terrain la commune.

Sur place, la tension entre la municipalité et le cirque est à son comble. Le ton est monté en début de semaine entre des responsables circassiens et le maire de la ville Christian Estrosi. L'élu dénonce une installation illégale et sans autorisation du chapiteau sur son territoire.

De son côté, la direction du cirque Zavatta assure s'être installé sur ce terrain "pour avoir une réaction" et a annoncé déposer plainte contre le premier adjoint Anthony Borré "car il nous insulte et il nous accuse de maltraiter et de mutiler les animaux". Une audience doit avoir lieu ce vendredi pour trancher sur une possible expulsion.

"C'est de l'acharnement"

En attendant, on s’active toujours sous le chapiteau pour les derniers préparatifs. Et si les circassiens ont décidé d’occuper ce terrain malgré tout, c’est bien pour faire réagir, car pour Alexandre, le soigneur de la troupe, le métier est en danger: "C'est de l'acharnement sur notre profession. On ne sait pas l'avenir de notre métier ou qu'on va donner à nos enfants. Pourtant, le cirque c'est le spectacle le plus vivant qui puisse exister, ça pétille dans les yeux des enfants. Ils veulent notre mort".

Le problème, c'est que la mairie refuse désormais d'accueillir tous les cirques avec des animaux sauvages comme l'explique à RMC Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice: "Même si la loi prévoit cette interdiction en 2028, nous l'anticipons à Nice. Cette autorisation, nous ne l'avons pas donnée, ils sont sur un terrain de manière illégale".

Les Niçois divisés

Et le sujet divise même jusque chez les Niçois: "Qu'il y ait des animaux dans un cirque, je ne suis pas très pour. En plus la mairie dit 'non', pour moi il n'y a pas trop de débats", assure un habitant de la ville. "C'est un cirque qui est là depuis un bail, tu ne vires pas une aussi grosse famille de cirque comme ça aussi rapidement", défend une autre.

Saisie par la mairie et le propriétaire du terrain, le tribunal de Nice doit se prononcer ce vendredi après-midi sur la tenue ou non des représentations qui doivent débuter ce samedi.

Mathieu Limongi (avec G.D.)