RMC

"La peur va changer de camp": la promesse d'Emmanuel Macron après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Pendant 2h30 le président de la République a, avec Jean Castex, cinq ministres et le procureur anti-terroriste Jean-François Ricard, étudié les propositions du gouvernement pour lutter à très court terme contre l'islamisme radical.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont réunis partout en France dimanche pour rendre hommage à Samuel Paty. Ce professeur d'histoire-géographie a été décapité vendredi à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. 

Dimanche soir, le chef de l'Etat a réuni un conseil de défense à l'Elysée, le premier depuis l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine vendredi soir. Pendant 2h30, le président de la République a passé en revue les propositions du gouvernement pour lutter à très court et long terme contre l'islamisme radical. 

Emmanuel Macron promet que "la peur va changer de camp", des opérations de police et de gendarmerie devraient avoir lieu dans les prochaines heures. Des actions concrètes et rapides sont désormais attendues. Les premières pourraient avoir lieu dès ce lundi contre des structures, des associations et des individus a fait savoir l'Elysée. 

Des expulsions à venir

Avec cette promesse d'Emmanuel Macron faite dimanche soir devant ses ministres: "Les islamistes ne dormiront plus tranquille en France". 80 messages de soutien à l'auteur de l'attentat ont déjà été repérés sur internet par les services de l'Etat. Ils feront tous l'objet de contrôles. "Il ne faut plus laisser aucun répit", affirmait dimanche un conseiller du président. Des expulsions devraient également avoir lieu dans les prochains jours de personnes en situation irrégulière et poursuivies pour radicalisation. 

Quant à la rentrée scolaire, si Emmanuel Macron insiste pour qu'elle se déroule dans un climat apaisé, le renforcement de la sécurité de certains établissements est déjà envisagé. 

Jérémy Trottin avec Guillaume Descours