RMC

Laurent Nunez officiellement nommé préfet de police de Paris

Laurent Nunez est le nouveau préfet de police de Paris. Il succède à Didier Lallement, qui occupait depuis trois ans.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé ce mercredi la nomination officielle de Laurent Nunez comme préfet de police de Paris. L'ancien secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur lors du premier quinquennat d'Emmanuel Macron succède à Didier Lallement à ce poste.

Egalement dans un tweet, le ministre de l'Intérieur a rendu "hommage" à Didier Lallement "pour son action, dans des conditions difficiles, dans un contexte de menace terroriste important, à la tête de la Préfecture de Police au cours de ces trois dernières années". "Il a fait honneur à la République", a assuré Gérald Darmanin.

Le départ de Didier Lallement, en poste depuis mars 2019 et qui avait des relations très conflictuelles avec la maire de Paris Anne Hidalgo, a été salué par le premier adjoint à la mairie, Emmanuel Grégoire. "Bienvenue au nouveau préfet de police de Paris, Laurent Nunez Nous nous réjouissons de travailler avec lui et toutes les équipes de la Préfeture de police", a-t-il tweeté aussitôt la nomination connue.

Agé de 58 ans, Laurent Nuñez, spécialiste des questions de sécurité, connaît parfaitement la préfecture de Paris pour avoir été directeur de cabinet du préfet de police Bernard Boucault entre 2012 et 2015. Enarque, il a été également préfet de police des Bouches-du-Rhône de 2015 à 2017.

Pas de lien entre le départ de Didier Lallement et le fiasco du Stade de France

Avant d'être nommé en 2018 secrétaire d'Etat auprès de Christophe Castaner, il a été patron de la Direction générale de la sécurité intérieure pendant un peu plus d'un an. Après avoir quitté la place Beauvau en juillet 2018, il avait rejoint l'Elysée pour y coordonner la "task force" contre le terrorisme.

Le départ de Didier Lallement n'est pas lié au fiasco du Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions fin mai. Le préfet avait en effet annoncé à ses troupes plusieurs semaines auparavant qu'il quitterait cet été la Préfeture de Police, au plus tard le 27 août, date de son 66e anniversaire.

Dans un courrier adressé aux agents, Didier Lallement explique avoir "demandé qu'il soit mis fin à (ses) fonctions" considérant notamment avoir "atteint un âge qui n'est pas compatible avec des fonctions opérationnelles de haute intensité". "Je veux être lucide: on ne commande pas à des femmes et des hommes quand on l'âge d'être grand-père", écrit-il.

"Je pars avec la fierté du devoir accompli. Mais je conserve la blessure de l'échec du Stade de France. Certes, ce soir-là, nous avons sauvé des vies mais la réputation du pays a été atteinte".

Il précise qu'il quittera la Préfecture de Police le "21 juillet" et dit son "estime" à son successeur.

La rédaction avec AFP