RMC

Incidents au Stade de France: le "petit mea culpa" de Gérald Darmanin "important mais insuffisant"

Pour le sénateur François-Noël Buffet (LR), président de la Commission des lois du Sénat, le changement de ton de Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, sur les incidents au Stade de France, est un premier pas. Mais la lumière doit encore être faite sur la totalité des faits.

"Il est évident que les choses auraient pu être mieux organisées". Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a esquissé ce mercredi un mea culpa pour l'organisation désastreuse de la finale de la Ligue des champions, samedi dernier au Stade de France. Auditionné par les sénateurs au côté de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, Gérald Darmanin a notamment ouvert la voie à des réparations pour les supporters et des sanctions contre deux policiers, tout en maintenant sa version controversée sur le nombre de faux billets.

Le ministre de l'Intérieur s'est aussi "excusé très sincèrement" auprès des supporters de Liverpool pour "les grands dégâts, notamment sur des enfants" causés par les gaz lacrymogènes. Alors que plusieurs supporters ont aussi été victimes d'agressions et de vols aux abords du stade, Gérald Darmanin a expliqué que les Britanniques et Espagnols "pourront déposer plainte dans leur pays" dès lundi. Des policiers français seront dépêchés sur place.

"On ne va pas au stade de foot pour être battu, volé, malmené"

François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône et président de la Commission des lois du Sénat, a-t-il été convaincu ? "Pour être très franc, pas en totalité, répond-il dans ‘Apolline Matin’ ce jeudi sur RMC et RMC Story. Nous avons franchi une étape. Pour la première fois, il y a eu un recul dans les propos tenus et la reconnaissance de la responsabilité. Même si c’est à demi-mots, il y a une forme de petit mea culpa qui a été constatée. C’est important, mais c’est insuffisant. Il faut aller plus loin pour savoir exactement ce qu’il s’est passé et établir les responsabilités."

"Ils ont aussi considéré que parce qu’il n’y avait pas de victimes physiques, ce n’était pas si grave que ça. Mais c’est quand même insuffisant en termes de responsabilités. On ne va pas au stade de foot pour être battu, volé, malmené", ajoute François-Noël Buffet, qui promet que les parlementaires chercheront à obtenir des réponses sur la totalité des incidents ce soir-là.

"Ce qui nous manque, ce sont des images vidéo"

"Les choses ne sont pas terminées et il y a encore des points à éclaircir, explique le sénateur. Il y a des discussions sur le nombre de faux billets qui ont été produits, sur pourquoi l’UEFA a accepté des billets papiers pour les Britanniques, et sur la doctrine d’emploi de nos services de police dans ce type de manifestation, qui doit être revue. Il y a aussi le système de filtrage qui n’a pas fonctionné et le problème des transports, qu’on n’évoque pas suffisamment, avec les conséquences de la grève sur la ligne RER, mais également les accès par le train. Nous irons plus loin."

Il attend par exemple d’avoir accès à d’autres éléments du dispositif de sécurité. "Ce qui nous manque, ce sont des images vidéo, souligne François-Noël Buffet. Nous n’en avons pas, c’est tout à fait étonnant. On sait que le stade est équipé. C’est un sujet d’interrogation."

LP