RMC

Les destins liés de Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog

LE PORTRAIT DE POINCA - L’avocat de Nicolas Sarkozy a, comme l’ancien président, été condamné lundi à trois ans de prison dont un an ferme dans l’affaire des écoutes.

Ce sont des amis de 40 ans qui ont été condamnés ensemble, lundi, on pourrait presque dire qu'ils sont tombés ensemble. Thierry Herzog a 65 ans, comme Nicolas Sarkozy. Ils sont avocats tous les deux, ils ont prêté serment ensemble en 1981.

L’un s’est ensuite dirigé vers la politique, l’autre Thierry Herzog a poursuivi une carrière d’avocat. Il a défendu des voyous, des dealers, des braqueurs de banque du gang des postiches, mais aussi des politiques comme les époux Tiberi, Jean et Xavière.

Il est rentré dans le petit club des très grands pénalistes. Comme son premier patron Jean Louis Pelletier, l'avocat de Jacques Mesrine. Comme son associé Pierre Haïk, comme son actuel défenseur Hervé Temine. Comme l’actuel garde des sceaux Eric Dupond-Moretti. Tous ces ténors et ces grandes gueules qui sont ses amis et qui étaient présents à l'Elysée en 2009, lorsque le président Sarkozy lui a remis la légion d’honneur.

Longtemps, pour Thierry Herzog, Nicolas Sarkozy était d’abord un ami, avec qui il passait ses vacances à la Baule, avec qui il partageait une passion pour Johnny Hallyday.

Puis Nicolas Sarkozy est aussi devenu son client, et même son principal client. Il l’a d’abord défendu dans l'affaire Clearstream où Nicolas Sarkozy était victime.

Puis dans l’affaire Bettencourt ou Nicolas Sarkozy était soupçonné d'abus de faiblesse sur la milliardaire héritière de L'Oréal. Ils ont fait face aux policiers et aux juges bordelais pendant des jours et des nuits avant d’obtenir un non lieu. Une bagarre qu’ils ont menée ensemble et qu’ils ont gagnée. Ça crée encore des liens.

Mais finalement c’est dans le cadre de cette affaire que Thierry Herzog a pris contact avec un magistrat de la cour de cassation, lui a demandé des renseignements et lui a suggéré qu’il pourrait en échange le pistonner pour un poste à Monaco. Erreur fatale, sévèrement sanctionnée lundi par le tribunal correctionnel. Trois ans, dont un an ferme. Plus une interdiction d’exercer la profession d’avocat pendant 5 ans. Autant dire une mort professionnelle pour le ténor.

Sauf que Thierry Herzog a fait appel et que l’appel est suspensif. Il pourra donc revêtir sa robe et défendre son ami et client dès la mi-mars dans le procès Bygmalion. Une nouvelle bagarre côte à côte.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)