RMC

Macron à Marseille: "Il faudrait des annonces côté justice qui aillent beaucoup plus loin"

David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale, estime ce jeudi sur RMC qu'il faut que la chaîne pénale soit plus concernée par les annonces sur les moyens de la sécurité pour Marseille.

Emmanuel Macron est en visite exceptionnelle de trois jours à Marseille cette semaine. Un plan global de plus d'un milliard d'euros est sur la table pour rénover et sécuriser la cité phocéenne. Suffisant ?

Concernant le volet sécurité des annonces avec le renfort immédiat d'au moins 300 effectifs de police, David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale, reste sur sa faim. 

"Je suis mitigé sur les annonces qui sont faites"

Invité de RMC, il explique que la police fait de son mieux et qu'il n'y a pas de zones de non-droit à Marseille, mais simplement que l'efficacité des différents services sont intimement liés à la chaîne judiciaire qui ne suit pas toujours.

"Il n'y a pas de zones de non-droit, il y a des espaces où on n'arrive pas à faire appliquer le droit. La police rentre partout. La difficulté, c'est d'avoir une chaîne pénale qui rend efficace l'action de la police. Si derrière on n'est pas aidés... C'est là où je suis mitigé sur les annonces qui sont faites, c'est qu'on va prendre une partie de l'outil sans avoir le reste.
300 renforts, ce n'est jamais suffisant, on fera mieux. Mais si la justice va trop lentement, si il n'y a pas assez de magistrats, de places de prison, de centres éducatifs..."

"Il faut nous aider à criminaliser certaines infractions qui ne sont pas poursuivies aujourd'hui"

"Le problème pour le riverains ce sont les petites mains dans les trafics de stups: les guetteurs, les vendeurs, ceux qui font la "sécurité" dans ces quartiers-là. Il faut nous aider à criminaliser certaines infractions qui ne sont pas poursuivies aujourd'hui. (...) J'aimerais des annonces côté justice qui aillent beaucoup plus loin. Et pas seulement sur l'éducation ou sur la police."

>>> A LIRE AUSSI - Marseille: après avoir promis des moyens à la police, Macron s'attaque maintenant à l'épineux problèmes des écoles

J.A.